Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des scientifiques ont diagnostiqué un cancer chez un dinosaure pour la première fois

Des scientifiques ont diagnostiqué un cancer chez un dinosaure pour la première fois
Le tibia (péroné) du Centrosaurus apertus, le dinosaure à cornes, atteint d'une tumeur maligne. © Musée royal de l'Ontario/Université McMaster

Les chercheurs David Evans et Mark Crowther pensaient qu'il était fort possible de trouver un dinosaure atteint d'un cancer. David Evans, paléontologue au Musée royal de l'Ontario, et Mark Crowther, hématologue à l'Université McMaster, savaient que les oiseaux, les plus proches parents vivants des dinosaures, peuvent être atteints du cancer. D'autres organismes vivant à l'époque des dinosaures ont également montré des signes de la maladie. Des chercheurs ont même trouvé des tumeurs chez un dinosaure à bec de canard, sans toutefois confirmer le diagnostic.

"Le diagnostic d'un cancer agressif comme celui-ci chez les dinosaures a été difficile à établir et nécessite une expertise médicale et de multiples niveaux d'analyse pour l'identifier correctement", a déclaré Mark Crowther dans un communiqué de presse. Les deux scientifiques ont examiné l'énorme collection d'os du Royal Tyrrell Museum of Paleontology, dans l'Alberta, au Canada. Ils ont vu divers os de dinosaures présentant de l'arthrite, des fractures et même un tennis-elbow (une inflammation des tendons qui relient la main au coude et servent à la flexion du poignet). Mais un seul de ces os présentait les caractéristiques qu'ils recherchaient : sa moitié supérieure présentait une grosseur de la taille d'une pomme, avec une excroissance bizarre s'étendant du genou à la cheville.

Leurs découvertes sur cet os, publiées cette semaine dans la revue Lancet Oncology, offrent le premier cas confirmé de cancer malin chez un dinosaure. Les résultats soulignent les liens biologiques entre les animaux anciens et modernes, ce qui pourrait aider les scientifiques à mieux comprendre l'évolution de maladies comme le cancer.

Comment les chercheurs sont arrivés à diagnostiquer un cancer

L'os que David Evans et Mark Crowther ont analysé est un péroné, ou os du mollet, d'un Centrosaurus apertus : un sosie du Triceratops qui vivait il y a 75 à 77 millions d'années. Pour confirmer que le dinosaure était bien atteint d'un cancer, une équipe de chercheurs issus de différents domaines, dont la pathologie, la radiologie, la chirurgie orthopédique et la paléopathologie, a radiographié l'os et étudié sa structure cellulaire au microscope. Ils ont également comparé celui-ci à un os de mollet normal provenant du même type de dinosaure, ainsi qu'à l'os de mollet amputé d'un homme de 19 ans qui avait souffert du même cancer que celui qu'ils soupçonnaient chez le dinosaure.

Au terme de ce processus de deux ans, les résultats ont montré que l'os était effectivement cancéreux. Le dinosaure souffrait d'une forme agressive d'ostéosarcome, un type de cancer des os généralement diagnostiqué chez les jeunes. La tumeur du dinosaure était si grosse et violente qu'elle a probablement cassé la patte de la créature, a indiqué David Evans. Il manquait une partie du sommet de l'os qu'ils ont diagnostiqué.

"Un ostéosarcome aussi avancé chez un patient humain, non traité, serait certainement fatal", ont écrit les chercheurs.

Mais dans le cas de ce dinosaure, ils ne pensent pas que le cancer ait été la cause de sa mort. L'os a été trouvé parmi des milliers d'autres dans un "lit d'os" au Canada, appartenant à un troupeau de Centrosaurus apertus qui est probablement mort dans une inondation. Étant donné qu'il aurait été facile pour le dinosaure malade de devenir la proie d'un autre dinosaure ou d'être laissé derrière, incapable de suivre son troupeau, David Evans pense qu'il est possible que d'autres dinosaures s'en soient occupés.

"Cela nous donne un aperçu unique de la vie des autres dinosaures", a-t-il affirmé, ajoutant : "il est triste de penser que ce dinosaure avait un cancer, mais au moins il ne l'a pas tué et il est mort entouré de ses amis".

Version originale : Susie Neilson / Business Insider US.

A lire aussi —Les dinosaures ont bien été tués par un astéroïde et non par des éruptions volcaniques

Découvrir plus d'articles sur :