Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des scientifiques ont partiellement restauré la vision d'un aveugle

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Des scientifiques ont partiellement restauré la vision d'un aveugle
Un des volontaires a pu percevoir des objets flous avec ces lunettes. © Sahel, et al. Nature Medicine

Après 13 ans de travail, une équipe de scientifiques a franchi une étape importante dans le traitement de la cécité génétique. Les scientifiques ont utilisé une technique de pointe pour fabriquer des protéines qui captent la lumière dans un seul globe oculaire, permettant ainsi à un homme de 58 ans de percevoir certains objets à l'aide de lunettes spéciales. Il a pu voir des contours flous dans un champ de vision étroit, ce qui correspond à une restauration partielle de la vision. Les résultats — la première utilisation réussie d'un nouveau traitement — ont été publiés lundi 24 mai dans Nature Medicine.

Bien que l'équipe soit encore loin de pouvoir redonner une vision complète aux personnes atteintes de cécité héréditaire, ce petit succès est prometteur de traitements plus efficaces à l'avenir. "Ce n'est évidemment pas la fin du chemin, mais c'est une étape importante", a déclaré au New York Times José-Alain Sahel, un ophtalmologue qui a travaillé sur l'étude.

À lire aussi — Des scientifiques ont créé un embryon hybride homme-singe en laboratoire

Le traitement associe la thérapie génique à des lunettes futuristes

La procédure s'appuie sur une technique de thérapie génique appelée optogénétique, qui était auparavant utilisée pour explorer le fonctionnement interne du cerveau. Les scientifiques ont déjà injecté à des animaux des virus programmés pour transformer des cellules normales en photorécepteurs, c'est-à-dire en cellules qui réagissent à la lumière.

L'équipe de José-Alain Sahel a été la première à essayer cette technique comme moyen de guérir la cécité. Elle devait s'assurer qu'une quantité suffisante de lumière atteignait l'œil pour activer ces protéines optogénétiques, sans pour autant amplifier la lumière au point d'endommager la délicate rétine.

Pour y parvenir, ils ont choisi de travailler avec une lumière ambrée, qui est relativement douce pour les yeux. Ils ont utilisé la thérapie génique pour créer des protéines qui ne captent que ce type de lumière, puis ont inventé des lunettes capables de traduire le monde en impulsions de lumière ambrée.

La procédure a permis de restaurer la vision partielle et floue d'un participant

Avec les lunettes spéciales, l'un des volontaires a pu voir les bandes d'un passage pour piétons, attraper un cahier posé sur une table et compter le nombre de tasses posées devant lui. Sa perception des objets était floue et limitée à un champ de vision étroit. L'équipe a également injecté à plusieurs autres volontaires des virus porteurs de gènes dans l'intention de les former à l'utilisation des lunettes, mais le projet a été suspendu en raison de la pandémie.

Après qu'un volontaire a essayé les lunettes seul pendant sept mois, il a commencé à voir des résultats. Une fois le confinement terminé en France, il a pu se rendre au laboratoire, où les scientifiques ont confirmé que les lunettes activaient le cortex visuel de son cerveau.

L'équipe prévoit de faire venir prochainement les autres volontaires pour une formation, a déclaré José-Alain Sahel au Times. Pour l'instant, ils peuvent en tout cas confirmer leurs premières hypothèses.

Version originale : Andrea Michelson/Insider

À lire aussi — Ces entreprises utilisent l'intelligence artificielle pour accélérer les progrès de la médecine — voici comment elles vont sauver des vies

Découvrir plus d'articles sur :