Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des sénateurs américains réclament une enquête sur Netflix après la sortie du film 'Mignonnes'

Des sénateurs américains réclament une enquête sur Netflix après la sortie du film 'Mignonnes'
© Netflix

Le film français "Mignonnes" suscite une forte opposition chez un nombre croissant de sénateurs américains qui exigent des enquêtes sur Netflix, qui distribue le film aux États-Unis. Centré sur Amy, 11 ans, une musulmane sénégalaise qui explore la vie loin de son éducation traditionnelle en se produisant avec une équipe de danseuses, le film réalisé par Maïmouna Doucouré a reçu des critiques élogieuses de la presse, mais a été saccagé sur les réseaux sociaux lors de la sortie de son affiche promotionnelle aux Etats-Unis, en août dernier.

L'affiche, qui montrait quatre jeunes filles en tenue provocante, a été retirée et remplacée par une image différente, avec des excuses de Netflix. Mais la controverse autour du film n'a fait que s'intensifier après sa sortie américaine, le 9 septembre. Vendredi, le sénateur Josh Hawley a envoyé une lettre au DG de Netflix, Reed Hastings, demandant que le film soit retiré de la plateforme de streaming.

"Netflix diffuse un film intitulé 'Cuties' (titre anglais de "Mignonnes", ndlr), qui montre des enfants entraînés à des actes sexuels simulés, pour les caméras à l'écran et hors champ", s'indigne Josh Hawley, un Républicain du Missouri. "Cela soulève des questions majeures sur la sécurité et l'exploitation des enfants".

Josh Hawley a ensuite fixé au 18 septembre la date limite avant laquelle Reed Hastings devait répondre à plusieurs questions, notamment celle de savoir s'il avait ou non consulté les forces de l'ordre pour traiter la possibilité que des enfants qui voient le film imitent de la "pornographie hardcore" qu'il contiendrait.

Vendredi, le sénateur républicain Ted Cruz (Texas) a envoyé une lettre au procureur général américain William Barr, demandant que le ministère de la Justice enquête sur Netflix après la distribution du film. "Je demande instamment au ministère de la Justice d'enquêter sur la production et la distribution de ce film afin de déterminer si Netflix, ses dirigeants ou les individus impliqués dans le tournage et la production de 'Mignonnes' ont violé les lois fédérales contre la production et la distribution de pornographie infantile", a-t-il écrit.

Ted Cruz a encore affirmé que de nombreuses scènes du film seraient préjudiciables aux enfants et a exhorté le gouvernement à agir. "Comme vous le savez, le ministère de la Justice a un rôle important à jouer dans la prévention des abus sexuels sur les enfants", a-t-il déclaré. "Le ministère applique le droit pénal fédéral, ce qui fait de la production ou de la distribution de matériel impliquant l'exploitation sexuelle de mineurs un crime grave, y compris le tournage de films où des mineurs ont un comportement sexuellement explicite".

Le sénateur républicain Tom Cotton (Arkansas) a demandé au ministère de la Justice de "prendre des mesures rapides" contre Netflix, et le représentant républicain Jim Banks (Indiana) a demandé que des charges soient retenues contre la société. Tulsi Gabbard, une représentante démocrate d'Hawaï et ancienne candidate à la présidentielle de 2020, a utilisé le hashtag #CancelNetflix pour accuser Netflix d'être "complice" du trafic d'enfants.

Malgré la réaction négative des conservateurs, Netflix a continué à soutenir le film. "'Mignonnes' est un commentaire social contre la sexualisation des jeunes enfants", a déclaré un porte-parole de Netflix dans un communiqué. "C'est un film primé et une histoire puissante sur la pression que les jeunes filles subissent sur les réseaux sociaux, et de la part de la société en général lorsqu'elles grandissent — et nous encourageons tous ceux qui se soucient de ces questions importantes à regarder le film".

Version originale : John L. Dorman/Business Insider

A lire aussi — Netflix veut créer des franchises comme Star Wars ou Harry Potter mais a 'encore un long chemin à parcourir'

Découvrir plus d'articles sur :