Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des syndicats d'Amazon exigent la fermeture des entrepôts français

Des syndicats d'Amazon exigent la fermeture des entrepôts français
L'inquiétude monte au sein des entrepôts d'Amazon en France face au coronavirus. © Bess Adler/Bloomberg via Getty Images

L'inquiétude monte au sein des entrepôts d'Amazon en France. Ce mercredi 25 mars, les 2 200 salariés du site de Saran, près d'Orléans, ont appris qu’un employé avait été testé positif au Covid-19, selon des informations de Capital. Une trentaine de ses collègues ont été placés en confinement. Face à ce nouvel épisode, les syndicats du géant de la tech réclament la fermeture des entrepôts. Les employés ne se sentent pas en sécurité et les arrêts de travail et exercices du droit du retrait se multiplient, comme le rapporte Le Parisien.

Amazon — qui déclare qu'il y aurait moins de cinq cas positifs au coronavirus — estime que les droits de retrait ne sont pas justifiés. Le droit de retrait signifie qu'un salarié peut quitter son poste de travail ou refuser de s'y installer s'il estime que sa situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé. "Le taux d'absentéisme se situe à vue de nez entre 30 et 40 %. On est en grève illimitée depuis mercredi dernier. Comme le droit de retrait est remis en cause par la direction, certains salariés prennent des congés ou des arrêts pour garde d'enfants", explique dans les colonnes du journal, Khaled Bouchajra, secrétaire général du syndicat CGT45.

Dès lors, la situation est tendue dans les entrepôts avec des salariés s'estimant en première ligne face à la maladie — comme les livreurs ou les hôtesses de caisse — pas suffisamment protégés et effectuant de longues journées de travail pour préparer les commandes des Français confinés. "On est sacrifiés pour des capotes et des dessins à colorier ! Les commandes, qui continuent d'affluer et qui sont censées être vitales, contiennent des sex-toys, des DVD, des livres, des coques et des fils de téléphone…", déplore Christophe Néant de Montélimar (Drôme), dans Le Parisien.

A lire aussi — Jeff Bezos a laissé entendre qu'Amazon pourrait livrer des tests de dépistage du Covid-19 dans le monde entier

Pour rassurer ses employés, Amazon a décidé de suspendre les expéditions des produits non essentiels de certains vendeurs tiers vers ses entrepôts, impose une distanciation de deux mètres, échelonné les départs et arrivées ou encore a mis en place "un service de ménage approfondi toutes les deux heures", explique la direction au Parisien. Financièrement, Amazon a proposé d'augmenter tous les bas salaires de ses entrepôts de 2 euros bruts de l'heure. En France, les syndicats restent perplexe face à cette mesure. "Il n’est pas question pour nous de négocier notre santé”, a réagi Julien Vincent, délégué central CFDT, auprès de Capital.

A lire aussi — Netflix, Microsoft, Slack... Pourquoi ces services pourraient être les gagnants de l'après-confinement

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :