Des vidéos montrent les tanks de la police militaire chinoise affluer à proximité de Hong Kong

Des dizaines de véhicules militaires se sont rassemblés dans la ville chinoise de Shenzen lundi alors que la Chine réfléchit à sa prochaine action en réponse à l'escalade des protestations à Hong Kong qui ont débuté il y a 10 semaines maintenant. Capture d'écran/Global Times/Twitter

Des véhicules militaires chinois se sont rassemblés à Shenzen, une ville située le long de la frontière avec Hong Kong — un signe d'avertissement de la Chine en réponse à plus de 10 semaines de protestations croissantes à Hong Kong. Plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent une longue procession de camions militaires entrant à Shenzen ce lundi 13 août. Le tabloïd d'Etat chinois Global Times a publié une compilation de différentes séquences montrant les camions militaires rassemblés "en prévision d'exercices à grande échelle".

La vidéo de propagande montre un certain nombre de véhicules blindés de transport de troupes, de camions et d'autres véhicules appartenant à la Police armée du peuple chinois, une force de police paramilitaire responsable du contrôle des émeutes et de la lutte contre le terrorisme, paradant dans les rues de Shenzen. Le Global Times a également précisé dans son article que 12 000 policiers, chars, hélicoptères et véhicules amphibies se sont rassemblés à Shenzen le 6 août pour ce qui semblait être des exercices anti-émeutes.

D'autres vidéos publiées sur les réseaux sociaux semblaient montrer des véhicules militaires en train d'entrer dans le Shenzen Bay Sports Center, un grand stade situé à seulement 5 kilomètres de l'entrée du Shenzen Bay Bridge qui relie la ville à Hong Kong.

Adam Ni, chercheur sur la politique étrangère et la sécurité de la Chine à l'Université nationale australienne, a déclaré sur Twitter que cette démonstration militaire est un avertissement éhonté à Hong Kong de la préparation au combat de la Chine.

"La Chine intensifie sa signalisation, et le message qu'elle veut faire passer est assez clair : si les protestations s'intensifient, les forces armées chinoises interviendront..." a écrit Adam Ni dans une série de tweet, en commentant des vidéos du rassemblement des véhicules.

Des centaines de milliers de personnes se rassemblent dans les rues de Hong Kong depuis près de trois mois, lors de manifestations qui sont devenues de plus en plus violentes. Ce qui avait commencé comme une protestation contre un projet de loi qui permettrait l'extradition de résidents de Hong Kong vers la Chine continentale pour y être jugés, s'est transformé en une lutte pour le maintien de la démocratie sur le territoire semi-autonome chinois.

A lire aussi : La Chine inaugure le plus long pont maritime du monde

Bien que la Chine n'ait pas encore annoncé officiellement son intention de mobiliser ses forces armées à Hong Kong, elle s'est davantage fait entendre ces dernières semaines sur sa capacité à le faire.

En juillet, le bras militaire de la Chine à Hong Kong a mené des "exercices d'intervention d'urgence", une manifestation perçue par les observateurs comme un rappel de la capacité de la Chine à faire usage de la force à Hong Kong si elle le juge nécessaire, comme le stipule la loi fondamentale de Hong Kong, qui est en fait la mini constitution de la ville. Quelques semaines plus tard, la garnison de Hong Kong a diffusé une vidéo de trois minutes montrant ses soldats engagés dans diverses activités militaires, notamment le tir de roquettes sur des cibles et des exercices d'émeute.

Et la semaine dernière, de hauts responsables chinois en charge des affaires de Hong Kong ont déclaré lors d'un rassemblement à Shenzen de dirigeants d'entreprises et d'hommes politiques pro-Pékin de Hong Kong, que la Chine ne resterait pas "sans rien faire" si la situation à Hong Kong se dégradait au point que le gouvernement de la ville ne puisse plus la contrôler. Zhang Xiaoming, directeur du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao du Conseil d'État chinois, a ajouté que les autorités chinoises disposaient "de méthodes et de moyens suffisants pour régler rapidement toute crise qui pourrait survenir".

A lire aussi : La Chine travaillerait sur un radar qui repérerait les avions de chasse américains à des distances incroyables

Selon Adam Ni, les récentes manifestations militaires de la Chine s'inscrivent dans une stratégie plus large visant à intimider et à dissuader, bien qu'il soit peu probable que la Chine intervienne réellement à ce stade, selon lui.

"Pékin pourrait à un moment donné juger que la situation justifie une intervention militaire, quel qu'en soit le coût, même s'il est élevé", a-t-il écrit sur Twitter. "Mais nous n'en sommes pas encore là."

Néanmoins, dit-il, l'intervention militaire à Hong Kong demeure une option que la Chine est prête à utiliser : "Nous ne devons pas écarter cette possibilité, qui aura certainement des conséquences tragiques."

Version originale : Rosie Perper/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 10 villes qui abritent le plus d'ultra-riches au monde

VIDEO: Mickey Mouse, le fameux personnage de Disney, fête ses 90 ans — voici ce que vous ne saviez peut-être pas