Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Didier Deschamps révèle comment Paul Pogba et les autres millennials de son effectif l'ont contraint à forcer sa nature pour les mener vers le sacre mondial

Didier Deschamps révèle comment Paul Pogba et les autres millennials de son effectif l'ont contraint à forcer sa nature pour les mener vers le sacre mondial
© Soccer Football - UEFA Nations League - France Training - Domaine de Montjoye, Clairefontaine, France - September 3, 2018 France's Paul Pogba (C) and team mates walk out before the start of training REUTERS/Charles Platiau

Plus d'un mois après leur sacre, les 23 footballeurs de l'équipe de France champions du monde sont réunis à Clairefontaine depuis ce lundi 3 septembre 2018 pour préparer les deux premiers matchs de la Ligue des nations, nouvelle compétition qui remplace des dates dévolues jusque-là aux matchs amicaux.

Sous contrat encore deux ans, Didier Deschamps est "prêt à relever de nouveaux défis avec cette équipe de France", a-il confié au Figaro alors qu'il est parfois délicat pour des sportifs de haut niveau de se replonger dans le quotidien après avoir atteint le Graal dans une discipline.

Fin stratège, salué par les observateurs pour sa capacité à s'adapter à ses adversaires, Didier Deschamps a aussi expliqué dans un long entretien au journal comment ce succès n'était pas qu'une question de tactique ni de technique, mais aussi de mental.

Dirigeant la deuxième plus jeune équipe du tournoi (26 ans et 90 jours de moyenne d'âge), l'ancien capitaine des Bleus en 1998 a dû s'adapter aux caractéristiques d'un effectif composé essentiellement de millennials — nés entre 1981 et 1996 — et même de la génération Z — nés après 1997 selon le Pew Research Center.

Et en les côtoyant au quotidien, Didier Deschamps a accepté de forcer sa nature pour les convaincre de suivre ses méthodes:

"Je me suis adapté à la génération que j'avais en face de moi. Mais je ne me suis pas forcé. C'est une génération plus affective. (...) Je me suis montré plus démonstratif avec mes joueurs car le côté affectif se faisait ressentir dans le groupe."

Face à des jeunes adultes à la joie de vivre contagieuse — en témoigne les nombreuses vidéos diffusées par les joueurs eux-mêmes en Russie —Didier Deschamps a vite assimilé et compris combien il devait revoir ses anciennes méthodes et lâcher du lest:

"J'ai été préparé à ça avec mon fils de 22 ans, donc je ne suis pas surpris. Montrer ce que l'on mange, dire ce que l'on fait sur les réseaux sociaux, ça ne me viendrait pas à l'idée! Ils sont comme ça. Je n'ai pas de compte et je n'en aurai jamais. Ce n'est pas pour moi. Ça existe, ça ne me pose pas de problème, mais il faut cadrer ça aussi par rapport à une vie collective, un adversaire ou des partenaires.

Après ce titre mondial, Didier Deschamps est rentré dans un cercle très restreint. Seuls deux autres personnes ont remporté la Coupe du monde à la fois en tant que joueur et entraîneur d'une sélection: le Brésilien Mário Zagallo qui l'a gagné en tant que joueur à deux reprises (1958, 1962), puis une fois en tant qu'entraîneur (1970) du Brésil; et l'Allemand Franz Beckenbauer, capitaine en 1974 puis sélectionneur en 1990.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :