Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Disney critiqué pour avoir filmé 'Mulan' dans la région où la Chine réprime les Ouïghours

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Disney critiqué pour avoir filmé 'Mulan' dans la région où la Chine réprime les Ouïghours
"Mulan" est disponible sur Disney+ dans plusieurs pays depuis le 4 septembre. © Disney

'Mulan' fait face à de nouvelles critiques quelques jours après sa sortie internationale sur Disney+. Plusieurs personnes ont découvert que le film a été en partie tournée dans la région autonome du Xinjiang, là où les autorités chinoises sont accusées d'enfermer autour d'un million de Ouïghours — la minorité musulmane qui vit dans la région — et de leur faire notamment subir du travail forcé et des stérilisations, rapporte la BBC.

Ce qui cristallise les critiques, c'est le remerciement adressé aux autorités dans le générique de fin du film, comme le note la romancière britannique Jeannette Ng dans un tweet publié lundi 7 septembre. On peut lire que la production remercie le bureau de la sécurité publique de la ville de Turpan ainsi que le département de communication du parti communiste dans la région du Xinjiang. Selon un expert de la Chine interrogé par la BBC, la première instance est chargée de gérer les camp où sont détenus les Ouïghours, tandis que la seconde produit de la propagande du régime.

'Une ligne rouge'

Comme le note le média public australien ABC News, le bureau de sécurité de Turpan est par ailleurs sur la liste des entités "agissant contre les intérêts de la politique étrangère des Etats-Unis" depuis octobre 2019. "Ces entités sont impliquées dans des violations des droits de l'homme et des abus dans la mise en œuvre de la campagne de répression, de détention arbitraire massive et de surveillance de haute technologie menée par la Chine contre les Ouïgours, les Kazakhs et d'autres membres des groupes minoritaires musulmans dans [la région autonome du Xinjiang]", indiquait le département du commerce américain.

"A ce stade, toute forme de coopération avec les autorités du Xinjiang devrait être une ligne rouge pour toute entreprise internationale [...] à un moment où la majeure partie du débat mondial sur le Xinjiang porte sur l'effroyable détention massive de personnes en dehors de toute procédure légale sur la base de leur identité ethnique et religieuse, sur le travail forcé, la torture et la destruction sans précédent de la liberté religieuse", note Sophie Richardson, directrice Chine de Human Rights Watch, interrogée par ABC News.

Le régime chinois se défend de ces accusations en affirmant que les camps sont des centres de "ré-éducation" pour lutter contre le terrorisme islamique.

Le film subit déjà une campagne de boycott pour une autre raison

Ce n'est pas la première vague de critiques que subit le film "Mulan" qui, avec ses 200 millions de dollars de budget, cherche à séduire le marché chinois. Ce weekend, le hashtag #BoycottMulan s'est retrouvé dans les tendances. La raison de cet appel au boyott ? Des propos tenus par l'actrice Liu Yifei, qui joue le rôle principal, au moment des manifestations pro-démocratie à Hong-Kong en août 2019.

Sur le réseau social chinois Weibo, elle avait affirmé : "Je soutiens la police de Hong Kong. Vous pouvez tous m’attaquer maintenant. Quelle honte pour Hong Kong."

Des propos notamment condamnés par l'activiste Joshua Wong, un des principaux opposants au régime de Pékin dans la ville autonome. "Ce film sort aujourd'hui. Mais parce que Disney se prosterne devant Pékin, et parce que Liu Yifei soutient ouvertement et fièrement la brutalité policière à Hong Kong, je demande à tout le monde qui croit en les droits humains de #BoycotterMulan", a-t-il tweeté vendredi 4 septembre.

En France, le film sera disponible sur Disney+ le 4 décembre prochain.

A lire aussi — Vous pourrez bientôt visiter les décors de 'Game of Thrones' en Irlande du Nord

Découvrir plus d'articles sur :