Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Doctissimo visé par une plainte pour avoir partagé des données sur la santé des internautes avec des acteurs de la pub

Doctissimo visé par une plainte pour avoir partagé des données sur la santé des internautes avec des acteurs de la pub
La plainte déposée auprès de la Cnil accuse Doctissimo de non respect de la législation sur les données personnelles. © Steve Buissinne/Pixabay

De nombreux sites web financés grâce à la publicité récolteraient illégalement les données personnelles de leurs visiteurs. C'est en tout cas le constat de l'ONG Privacy International, qui s'est lancée dans une campagne visant les sites d'information médicale en Europe. L'association a déposé, vendredi 26 juin, une plainte auprès de la Cnil contre le site internet Doctissimo (groupe TF1) pour non respect de la législation sur les données personnelles, a-t-elle indiqué dans un communiqué. La Cnil, gardien des données personnelles des Français, a confirmé le dépôt de cette plainte, sans donner plus de détails.

Les sites d'information médicale ont accès à des données particulièrement sensibles puisque que les recherches des internautes peuvent donner des renseignements sur leur état de santé. Privacy International s'inquiète en particulier des données partagées avec les acteurs de la publicité, qui cherchent à adresser des messages ciblés aux internautes en fonction de leurs recherches sur la toile. Selon elle, Doctissimo partageait des données "avec 556 partenaires" en avril 2020, à la date de son dernier contrôle.

Doctissimo "participe à un écosystème publicitaire que nous combattons, celui de la publicité ciblée", a expliqué à l'AFP Eliot Bendinelli, de Privacy International. "Il y a un manque de transparence des grands sites internet comme Doctissimo sur l'utilisation qui est faite des données des internautes", estime-t-il. Doctissimo "n'a pas le comportement qu'on est en droit d'attendre de lui".

Le site a déjà opéré des modifications

Le modèle économique de Doctissimo repose sur le financement par la publicité, comme "l'ensemble des sites offrant des contenus éditoriaux en accès libre", explique un responsable de Doctissimo. Mais le site "ne commercialise pas les données personnelles relatives à la santé" des internautes, a-t-il déclaré à l'AFP.

La plainte a été déposée le 26 juin, mais Doctissimo a déjà commencé à revoir certaines pratiques, précise Privacy International. Le site a ainsi changé sa procédure de recueil de consentement aux cookies par l'internaute. Le site est en effet passé d'un simple consentement tacite — la navigation sur Doctissimo signifiant l'acceptation des cookies — à un consentement explicite nécessitant un clic de l'internaute.

L'exploitation des cookies reste un sujet d'inquiétude en France, alors que le conseil d’Etat a désavoué la Cnil vendredi 19 juin en autorisant les sites internet à mettre en place des « cookies walls ». Cette pratique consiste à bloquer l'accès au site aux utilisateurs refusant l'exploitation de leurs données.

A lire aussi — iOS 14 révèle que TikTok et une cinquantaine d'autres applications accèdent au presse-papiers de votre iPhone

Découvrir plus d'articles sur :