Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Donald Trump a assisté à un match de sumos au Japon et il n'a pas respecté les traditions


Le voyage du président Donald Trump au Japon — où il a à la fois contredit son conseiller en sécurité nationale, soutenu le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un et mal prononcé le nom de l'ancien premier ministre américain Joe Biden tout en le qualifiant de "petit QI" — a également inclut un petit tour au stade de combat de sumos. Dimanche, il a remis la "Coupe du président des Etats-Unis", un trophée de plus d’un mètre de haut que le Japon a créé pour l'occasion — à Asanoyama, le champion de sumo de 25 ans.

"En l'honneur de vos incroyables réussites en tant que grand champion de sumo, je vous remets la coupe du Président des Etats-Unis", a-t-il annoncé sur le ring. Donald Trump a déclaré qu'il espérait que la championnat continuerait d’avoir lieu "pendant beaucoup de siècles". Cet événement faisait partie d’une visite du stade Ryōgoku Kokugikan, où environ 11 500 fans se sont rassemblés pour regarder des séries de match de sumos de cinq minutes.

AP Photo/Evan Vucci

La visite de Donald Trump au match de sumos a brisé de nombreuses traditions. Les hommes d’Etat étrangers, habituellement, ne font pas de présentations entre les matches. Alors que les spectateurs s'assoient généralement sur des coussins posés sur le sol, appelés zabutons, Donald Trump et sa femme Melania se sont assis sur des chaises. L'Association de Sumos Japonaise a, pour l’occasion, banni le traditionnel jeté de zabutons en l'air, par mesures de précaution, selon The Associated Press.

Les personnes qui entrent sur le ring surélevé en terre battue - appelé dohyo - sont supposées être pieds nus, mais Donald Trump portait des chaussons lorsqu'il a remis le prix. Certains membres des médias japonais ont suggéré que le ring devrait maintenant être reconsacré après la présentation de Trump, selon le Washington Post.

D'après les spectateurs, Donald Trump n'avait pas l'air de prêter beaucoup d'attention au match. Il n'a pas réagi aux moments les plus cruciaux. "Il n'a pas souri du tout, il était impassible", a déclaré Jaime Tiktin au Post. "C’était étrange de ne pas le voir bouger ses lèvres du tout".

Le président Donald Trump et le premier ministre japonais Abe Shinzo prennent un selfie. Instagram @kantei, Cabinet du Premier Ministre, Japan/via Reuters

La visite de Donald Trump dans l'arène des sumos faisait partie d'une plus large visite de quatre jours destinée à renforcer les liens avec les dirigeants japonais. Il entretient déjà des relations personnelles étroites avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, alors même qu'ils ont un différend commercial. Donald Trump a menacé d'imposer des droits de douane plus élevés au Japon à moins que le pays et les États-Unis ne réduisent l'écart entre leurs excédents commerciaux. Au cours du week-end, Donald Trump a joué au golf, pris des selfies et mangé des repas somptueux avec Shinzo Abe. Il sera également le premier dirigeant mondial à rendre visite à Naruhito, le nouvel empereur du Japon.

Version originale : Business Insider / Jacob Shamsian

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :