Comment le conseil des titans économiques de Donald Trump s'est désintégré

Kevin Lamarque/Reuters

Les grandes commissions consultatives formées de chefs d'entreprises prestigieuses, qui conseillaient Donald Trump, n'existent plus, et c'est le président américain qui en est responsable.

Comme le rapporte la presse, la décision de démanteler ce conseil arrive après que Donald Trump refuse de condamner explicitement les groupes néo-nazis et de suprémacistes blancs qui ont manifesté violemment ce week-end à Charlottesville, en Virginie.

Le Forum stratégique et politique avait été annoncé en décembre 2016 pour permettre aux leaders du monde économique d'avoir un accès direct à Donald Trump et influencer sa politique Des critiques avaient avancé l'hypothèse que c'était surtout un moyen pour le président américain d'afficher une façade de stabilité pro-business. Steve Schwarzman, PDG du fonds d'investissement Blackstone qui présidait le Forum de stratégie et de politique, avait dit alors que c'était une opportunité pour participer à façonner la politique du président.

"Le forum, qui est composé de quelques uns des chefs d'entreprise les plus respectés et réputés d'Amérique, va être sollicité pour de rencontres fréquentes avec le président, afin de partager leurs expériences et connaissances à mesure que le président applique son projet de création d'emploi et de rendre sa grandeur à l'Amérique", avait annoncé le communiqué de formation du conseil.

Il n'y a eu qu'une réunion avec le Forum, le 3 février, durant laquelle Trump avait promis "des temps excitants devant nous" et assuré que son entreprise allait proposer "une réforme fiscale rapidement et une réforme de la santé encore plus rapidement."

Après la violence de Charlottesville et la réaction de Trump qui a renvoyé les militants anti-racistes et les néo-nazis dos à dos, le conseil a plongé vers sa mort. Voici comment le conseil a fini par se disloquer, d'après les récits de CNBC et Bloomberg

  • Dimanche soir: La DG de Pepsi Indra Nooyi commence à demander aux autres membres s'ils pensent que le Forum est toujours une bonne idée.
  • Nuit de dimanche à lundi : Mary Barra, DG de General Motors, et Ginni Rometty, DG d'IBM, rallient l'appel d'Indra Nooyi et contactent d'autres membres pour leur demander de jauger la réponse de Trump.
  • Lundi matin: Le DG de Merck Kenneth Frazier quitte une autre commission consultative, le le "presidential council on manufacturing", déclenchant une vague de départs dans ce groupe et augmentant la pression publique sur les autres membres de différents comités économiques qui gravitent autour de Trump.
  • Lundi après-midi: Donald Trump fait une déclaration pour condamner les suprémacistes blancs et les néo-nazis qui calme les membres du Forum.
  • Mardi après-midi: Ce n'était qu'une accalmie passagère. Lors d'une conférence de presse folle, le président américain revient sur sa déclaration de lundi et soutient à demi-mots les manifestants racistes. "On a été choqués par ce qui s'est passé depuis Charlottesville et hier était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", a confié un membre du Forum à CNBC.
  • Mardi soir: Les appels entre membres du Forum reprennent. Barra, Rometty, Nooyi, le DG de JPMorgan Jamie Dimon et le DG de BlackRock Larry Fink décident qu'ils vont partir si le Forum n'est pas dissout.
  • Mercredi matin vers 3h, heure de New York: Schwarzman demande à tous les membres du Forum de se connecter à une conférence téléphonique.
  • Mercredi, 11h30: Lors de la conférence téléphonique, les membres s'entendent pour mettre fin au conseil par 10 voix pour, sur 12.
  • Mercredi après-midi: Schwarzman contacte l'administration Trump our l'informer de leur décision, selon Bloomberg. Le patron de Blackstone aurait parlé au conseiller de la Maison-Blanche Jared Kushner.
  • Mercredi 13h14: Malgré la décision groupée des patrons de dissoudre leur assemblée, Donald Trump court-circuite le communiqué commun qui devait annoncer la fin du conseil pour tweeter qu'il a décidé de démanteler le Forum stratégique et le manufacturing council.

Et c'est ainsi que le président qui se présentait en PDG de l'Amérique a perdu le conseil des patrons de quelques unes des plus influentes entreprises au monde.

Un des membres du forum a confié à Axios que les PDGs ne "pouvaient pas justifier le capital qu'ils dépensaient, et espèrent que ce type peut fonctionner de manière à peu près mature et digne d'un chef d'Etat."

"Tout le monde savait, d'entrée, que c'est ce qu'était ce type", a-t-il ajouté. "Ils espéraient juste que s'il était entouré des bonnes personnes et des bonnes procédures décisionnelles, il pourrait progressivement être à la hauteur du poste. Il a montré qu'il en était incapable."

"C'était une tempête. Vous ne savez pas ce qui va se passer ensuite ou ce qu'il va dire ou faire", a confié un membre du Forum à CNBC."C'est frappant quand un président perd la confiance des patrons américains."

Version originale: Bob Bryan/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Donald Trump incendie les patrons qui quittent son conseil économique après sa réaction sur Charlottesville

VIDEO: Cette jeune femme de 24 ans est la plus jeune femme trader de la bourse de New York