Donald Trump a surpris les marchés financiers. Le président américain a annoncé dimanche un relèvement des droits de douane de 10% à 25% sur l'équivalent de 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Cette hausse doit entrer en vigueur dès vendredi. Elle est d'autant plus inattendue que la Maison Blanche l'avait reportée en invoquant des négociations fructueuses avec la Chine, précise Reuters. Donald Trump explique ce brusque revirement par des discussions commerciales qui avancent "trop lentement". "Les 10% seront relevés à 25% vendredi; 325 milliards de dollars de biens que nous expédie la Chine restent non taxés mais le seront rapidement, à un taux de 25%", a-t-il en outre ajouté.

Dans la foulée de ces déclarations, les Bourses asiatiques ont dégringolé lundi. L'indice composite de Shanghai s'est ainsi effondré de 5,58%, tandis que l'indice phare de la Bourse de Shenzhen a chuté de 7,56%. Le Hang Seng de la place d'Hong Kong a de son côté clôturé en baisse de 3%. Et les autres marchés asiatiques se sont tous inscrits en fort repli. L'Europe n'est pas épargnée, puisque le Dax de la Bourse de Francfort reculait de 1,76% à 10h07, lundi 6 mai, et le CAC 40 de 2,02% à Paris.

Donald Trump fait trembler les investisseurs, le CAC 40 n'est pas épargné

Cours de l'indice CAC 40 à 10h07, lundi 6 mai 2019. Investing

L'intégralité des valeurs de l'indice parisien s'affichaient dans le rouge autour de 10 heures et les valeurs automobiles accusaient particulièrement le coup, l'équipementier Valeo plongeant par exemple de 6,17% et le constructeur Peugeot de 3,40%.

"L'automobile est en première ligne. Les investisseurs transposent le durcissement de ton de Donald Trump sur le commerce à l'Europe et se disent qu'il n'y a pas de raison pour que ce durcissement ne s'applique pas aux négociations entre l'Union européenne et les Etats-Unis", a expliqué à Reuters Alexandre Baradez, responsable de l'analyse marchés chez le courtier IG.

L'ensemble des valeurs automobiles européennes sont à la peine, à l'image de Volkswagen qui perd plus de 3,5% outre-Rhin, alors que Donald Trump a déjà menacé à plusieurs reprises de taxer les importations d'automobiles européennes aux Etats-Unis. 

Selon le Wall Street Journal, les responsables chinois ont été surpris par l'annonce du président américain et envisagent à présent d'annuler le déplacement prévu mercredi à Washington du vice-Premier ministre Liu He, en charge des négociations pour la Chine.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Jack Dorsey, le DG de Twitter, a expliqué à Donald Trump pourquoi il perdait des abonnés