Un prototype de la fusée Starship de SpaceX au site de lancement de Boca Chica, dans le Texas. Jaime Almaguer

La société spatiale d'Elon Musk, SpaceX, travaille 24 heures sur 24 à la construction d'un site de lancement de fusées à l'extrémité sud de l'état du Texas. Dans l'immédiat, SpaceX prévoit de faire voler un véhicule en acier inoxydable "dans le cadre d'un test en court saut" : un prototype de squat pour un système de lancement beaucoup plus grand qu'Elon Musk a baptisé "Starship". Une fois terminé, ce système — un vaisseau spatial Starship et un propulseur de fusée Super Heavy empilés l'un sur l'autre — pourrait faire environ 39 étages de haut.

Toutefois, le lancement de fusées vers la Lune ou Mars depuis ce site pourrait s'avérer impossible si un mur frontalier traverse l'installation de lancement : le site de SpaceX se trouve à moins de 5 km de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les législateurs ont déclaré que les cartes proposées par le Département de la sécurité intérieure des États-Unis montraient précisément un mur physique, selon Bloomberg. Cependant, un accord de sécurité frontalière de 1,37 milliard de dollars — de 1159 pages au total — rédigé par un groupe de législateurs bi-partisans épargnerait le nouveau site de lancement de SpaceX des bulldozers DHS.

"Aucun des fonds mis à disposition par la présente loi ou des lois antérieures n'est disponible pour la construction de clôtures pour piétons... à l'intérieur ou à l'est du ranch Vista del Mar du Lower Rio Grande Valley National Wildlife Refuge", peut-on lire dans le texte. Cette région de refuge pour la faune englobe le site de lancement de 20,23 hectares de SpaceX. Toutefois, si le président Donald Trump signe l'accord pour en faire une loi, il reste à voir si l'installation sera épargnée.

Pourquoi le plus récent site de lancement de SpaceX pourrait encore être en danger

SpaceX a commencé à explorer sérieusement le site de lancement dans le sud du Texas vers 2012. 

Les documents déposés par SpaceX suggèrent que la société spatiale pourrait lancer jusqu'à 12 missions par an à partir de ce site : une dizaine sur les fusées Falcon 9 de l'entreprise, et pas plus de deux avec la Falcon Heavy — actuellement la fusée opérationnelle la plus puissante du monde.

Mais lors d'une conférence de presse en mai 2018, Elon Musk a déclaré que le site de lancement du sud du Texas "sera dédié" au prochain système Starship — anciennement appelé "Big Falcon Rocket".

Aujourd'hui, certaines parties du site, si ce n'est l'ensemble de la zone, risquent d'être prises en charge par le gouvernement, en raison d'une campagne menée par les républicains en faveur d'un mur frontalier.

Donald Trump a fait campagne pour construire un mur à la frontière sud, déclarant que le Mexique paierait pour cela. En tant que président, il a réclamé environ 5,7 milliards de dollars de fonds publics pour la barrière physique — et a affirmé que le Mexique rembourserait plus tard les États-Unis.

La dernière offensive de Donald Trump a conduit à une impasse politique et à la fermeture partielle de l'administration américaine pendant 34 jours — le plus long "shutdown" de l'histoire. Environ deux tiers des Américains s'opposent au financement d'une frontière physique, selon les résultats d'un sondage réalisé début de janvier.

Le nouveau compromis bipartite est loin d'atteindre le niveau de financement souhaité par Donald Trump, et ce dernier a déclaré mercredi qu'il n'était pas satisfait de l'accord, selon l'Associated Press.

"Le mur se construit de toute façon. Cela n'a pas d'importance parce que nous faisons d'autres choses que ce dont nous parlons ici", a déclaré Donald Trump ce mercredi 13 février 2019, faisant référence à sa capacité de pouvoir déclarer une urgence nationale et de réorienter les dépenses gouvernementales. Selon le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, il est probable que Donald Trump signera le projet de loi et fera appel à l'urgence nationale en même temps.

"Je lui ai dit que j'appuierai la déclaration d'urgence nationale", a dit Mitch McConnell à Washington jeudi. Il n'est pas clair si un financement d'urgence pourrait être utilisé pour contourner les conditions de l'accord de 1,37 milliard de dollars et construire une clôture sur le site de lancement de SpaceX. La société spatiale d'Elon Musk a refusé de commenter le projet de loi.

L'élu du Congrès américain Henry Cuellar, un démocrate représentant la 28e circonscription du Texas, a revendiqué le mérite d'avoir intégré dans le nouvel accord le libellé qui pourrait protéger les intérêts de SpaceX. "C'est une grande victoire pour la vallée du Rio Grande", a déclaré Henry Cuellar dans un communiqué envoyé par courriel à Business Insider. "J'ai travaillé d'arrache-pied pour inclure cet élément, parce qu'il est essentiel de protéger ces zones éco-sensibles et de veiller à ce que les communautés locales aient leur mot à dire dans le choix des solutions qui fonctionnent pour elles. Je sais que nous pouvons sécuriser la frontière de façon beaucoup plus efficace, et avec des coûts réduits, en utilisant une technologie de pointe, en augmentant le nombre d'agents et en les équipant correctement à la frontière."

Des clôtures existent déjà près du site de lancement de SpaceX dans le sud du Texas, mais elles "sont pleines de trous", à travers lesquels les agents des douanes et de la police des frontières américaines et les propriétaires "passent tous les jours en voiture", a déclaré à Business Insider un ancien fonctionnaire du gouvernement local qui vivait dans la région. Cependant, un mur physique n'est pas la seule chose qui protège la région. "Il y a des capteurs partout et ils savent quand quelqu'un passe à travers", a dit le fonctionnaire. "La rivière [Rio Grande] en contrebas est surveillée par des patrouilles en bateau, hélicoptère, drone, et surveillée par un dirigeable."

Version originale : Dave Mosher/ Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Jeff Bezos, Donald Trump, ses textos coquins... on vous résume l'affaire

VIDEO: Une chercheuse spécialiste du sport déconseille l'exercice le plus répandu pour travailler ses abdos