Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Donald Trump pourrait gracier Edward Snowden après avoir appelé à son exécution

Donald Trump pourrait gracier Edward Snowden après avoir appelé à son exécution
Edward Snowden à la conférence Web Summit en 2019. © Henrique Casinhas/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Le président américaine Donald Trump a laissé entendre qu'il envisageait de gracier Edward Snowden, l'ancien employé de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) devenu lanceur d'alerte qui, en 2013, a téléchargé et divulgué des documents classifiés sur les programmes de surveillance des États-Unis. "Je vais examiner la question", a déclaré Donald Trump lors d'une conférence de presse, samedi 15 août, à son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey. "Je ne suis pas si conscient de la situation de Snowden, mais je vais commencer à l'examiner".

"Il semble que les avis soit partagés", a-t-il poursuivi. "Beaucoup de gens pensent qu'il devrait être traité différemment, et d'autres pensent qu'il a fait de très mauvaises choses", a-t-il ajouté. Snowden avait téléchargé environ 1,5 million de fichiers alors qu'il était employé comme sous-traitant de la NSA à Hawaii, avant de s'enfuir à Hong Kong pour partager des informations avec les journalistes. Après leur avoir fourni les documents ayant fait l'objet de fuites, il s'est enfui en Russie, où il a depuis obtenu l'asile.

En 2013, le gouvernement américain a poursuivi Edward Snowden de deux chefs d'accusation : violation de la loi sur l'espionnage de 1917 et vol de biens publics. La semaine dernière, le représentant Thomas Massie, un républicain du Kentucky, a appelé le président américain dans un tweet à gracier Edward Snowden, ce qui lui permettrait de retourner aux États-Unis sans être arrêté.

"Edward Snowden a dénoncé des activités gouvernementales illégales gardées secrètes pendant des années, ce qui a suscité un débat mondial sur les limites de la surveillance gouvernementale. Nous l'avons déjà dit et nous le dirons encore : Snowden est un patriote et devrait être gracié", a déclaré l'Union américaine des libertés civiles dans un tweet samedi.

"Il y a beaucoup de gens qui pensent qu'il n'est pas traité équitablement", a déclaré le président américain a la semaine dernière au New York Post. "Je suppose que le DOJ (Département de la Justice des États-Unis) cherche à l'extrader en ce moment ? C'est certainement quelque chose que je pourrais examiner. Beaucoup de gens sont de son côté. Je ne le connais pas, je ne l'ai jamais rencontré. Mais beaucoup de gens sont de son côté. J'ai entendu les deux versions. Du traître au persécuteur. J'ai entendu les deux".

Trump n'a pas toujours été tiraillé sur Snowden : il a déjà demandé son exécution

Comme le note le New York Post, les propos de Donald Trump représentent un changement d'opinion apparent pour le président américain, qui avait auparavant demandé son exécution.

"Snowden est un espion qui devrait être exécuté — mais si il pouvait révéler des documents sur Obama, je pourrais devenir un grand fan", déclarait-il dans un tweet de 2013.

Le New York Post rappelle que Trump a tweeté au sujet de Snowden au moins 45 fois lorsqu'il était star de télé-réalité.

"Un triste jour pour l'Amérique, avec l'octroi de l'asile à Snowden en Russie", tweetait Donald Trump, également en 2013. "Poutine se moque d'Obama."

"Ramenez Snowden de Russie — il a fait d'énormes dégâts aux États-Unis et devrait payer un prix très lourd", tweetait-il encore en 2014.

Version originale : Connor Perrett/Business Insider

A lire aussi — On vous dit tout sur OnlyFans, le réseau social qui révolutionne le porno chez les jeunes

Découvrir plus d'articles sur :