Donald Trump s'en prend à Sundar Pichai, et accuse Google de le défavoriser

Sundar Pichai, PDG de Google, est accusé par Donald Trump d'avoir été partiel dans le traitement de l'information par son entreprise. AP

Donald Trump s'en est pris à Sundar Pichai, le DG de Google, mardi matin dans une série de tweets. Le président américain a affirmé que Sundar Pichai lui avait rendu visite dans le Bureau ovale, à la Maison Blanche, "en s'efforçant péniblement d'expliquer à quel point il m'appréciait, à quel point mon administration faisait du bon travail, que Google n'était pas impliqué dans les affaires militaires de la Chine, qu'ils n'ont pas influencé la campagne de 2016 pour favoriser Crooked Hillary (surnom qu'il donne à Hillary Clinton, qui pourrait se traduire par "Hillary la malhonnête", ndlr), et ne sont pas non plus en train d'essayer de faire basculer les élections de 2020, malgré tout ce qui infirme ces éléments."

Sundar Pichai et d'autres dirigeants de la tech se sont rendus à la Maison Blanche à plusieurs reprises depuis que Donald Trump a été élu en 2016. Le président n'a pas immédiatement clarifié de quelle rencontre avec Sundar Pichai il parlait, et les attachés de presse de la Maison Blanche ne l'ont pas non plus précisé. La rencontre la plus récente ayant eu lieu entre le président américain et Sundar Pichai a eu lieu en mars dernier; les deux hommes ont discuté des rapports avec la Chine et de la "transparence politique", avait indiqué Donald Trump.

Le président Donald Trump et Sundar Pichai. Associated Press/Getty

La colère de Donald Trump envers Sundar Pichai était apparemment une réponse à une séquence ayant été diffusée dans l'émission "Lou Dobbs Tonight" sur Fox Business, durant laquelle un ancien ingénieur de Google, Kevin Cernekee, était présent. Dans une interview avec "Fox and Friends" (émission matinale de la chaîne Fox New) dont un extrait a été diffusé durant l'émission, Kevin Cernekee, qui a été renvoyé de Google en 2018, a accusé Google de partialité à l'encontre de Donald Trump ainsi que de changer volontairement la manière dont son service fonctionne.

A lire aussi —  Sundar Pichai dit que plus de 100 employés de Google ont travaillé sur un moteur de recherche censuré en Chine

Donald Trump a intégré une vidéo de la séquence dans un tweet avec ce commentaire : "Regardez ce que manigance Google pour les élections de 2020 !". Dans l'interview, Kevin Cernekee affirme que Google avait l'intention d'"utiliser tout ce qui est en son pouvoir et toutes ses ressources afin de contrôler le flux d'informations auquel le public a accès et de s'assurer que Donald Trump perde les élections de 2020".

Ce n'est pas la première fois que Google se transforme en cible politique. Donald Trump avait déjà fait des accusations semblables dans le passé. La semaine dernière, Peter Thiel, républicain, entrepreneur et membre du conseil d'administration de Facebook, a publié une tribune cinglante dans le New York Times sur les relations entre Google et le gouvernement chinois.

Google a réfuté ces accusations de partialité contre les conservateurs à maintes reprises, et des représentants de l'entreprise ont témoigné devant le Congrès et déclaré que ces allégations sont infondées.

"Les affirmations de cet ancien employé contrarié sont absolument fausses", a ajouté un représentant Google mardi matin. "Nous nous assurons de développer nos produits et renforcer nos politiques de façon à ce qu'elles ne prennent aucune position politique en compte. Déformer les résultats à des fins politiques nuirait à notre activité et irait à l'encontre de notre mission qui est de fournir un contenu utile à tous nos utilisateurs."

Version originale : Business Insider / Ben Gilbert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Une petite fille de 7 ans a postulé chez Google et reçu une réponse personnelle du DG Sundar Pichai

VIDEO: Deliveroo vient d'ouvrir ses premières cuisines partagées pour proposer plus de choix à ses clients de banlieue parisienne — voici à quoi elles ressemblent