Donald Trump

Donald Trump à New York, le 9 novembre 2016. REUTERS/Mike Segar

Donald Trump a déjoué tous les pronostics mercredi. Surfant sur une vague populiste sans précédent, il est devenu le 45ème président élu des Etats-Unis.

L'Associated Press a annoncé la première, mercredi, que le candidat républicain à la présidentielle avait franchi le cap fatidique des 270 grands électeurs nécessaires pour gagner son sésame pour la Maison Blanche. 

Ce faisant, il a réalisé la plus importante surprise de l'histoire politique moderne aux Etats-Unis et battu sa rivale démocrate et ex-Secrétaire d'état Hillary Clinton, ainsi que quelques-uns des candidats les plus prometteurs du camp républicain. 

La plupart des spécialistes des prédictions politiques, dont FiveThirtyEight, RealClearPolitics, the New York Times, et HuffPost Pollster, avaient tous fortement donné Hillary Clinton gagnante.

La candidature du businessman républicain avait longtemps était considérée comme une anecdote par de nombreux médias et d'autres candidats, quand il l'a déclarée le 16 juin 2015.

Mais Trump a rapidement gagné en popularité auprès des électeurs républicains, dont beaucoup ont été séduits par son message populiste sur des questions comme le commerce international, l'immigration, les questions comunatuaires et la promesse de restaurer une gloire perçue comme perdue de l'Amérique.

La victoire de Donald Trump mardi a été soutenue par une grand nombre d'électeurs blancs issus de la classe ouvrière et des cols bleus dans des Etats pivots comme la Floride, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord et le Wisconsin. L'homme d'affaires new-yorkais a longtemps proclamé que son discours nationaliste pourrait générer une forte participation et le propulser à la Maison Blanche.

L'ambiance au siège de Trump dans Manhattan était joyeuse, les invités y buvant et criant quand Donald Trump a empoché les Etats du Wisconsin et du Michigan, traditionnellement acquis aux Démocrates. Les participants, flanqués de casquettes rouges arborant son slogan "Make America Great Again", semblaient tout aussi surpris par le retournement de situation.

"Nous allons y arriver, en fait", a déclaré un invité, alors que Donald Trump s'apprêtait à gagner tous les Etats clés.

A quelques encablures de là, à l'ouest de Manhattan, l'ambiance de la soirée électorale chez Hillary Clinton était à la fois au choc et à l'incrédulité.

Hillary Clinton a semble-t-il concédé sa défaite par téléphone.

Le candidat républicain va prêter serment en janvier avec un mandat chargé, au vu de ses nombreuses promesse électorales. Il a annoncé des mesures qui vont probablement secouer l'économie américaine, dont la renégociationdu TAFTA, un projet d'infrastructure national, un moratoire sur les régulations et l'expulsion de millions d'immigrés vivant illégalement aux Etats-Unis.

Il a aussi promis des mesures de sécurité nationale, dont le retour à des techniques d'interrogatoire musclées, des bombardements accrus sur le groupe Etat islamique, une réévaluation de la relation avec le président russe Vladimir Poutine, moins de contrôle sur les armes à feu, et la construction d'un mur à la frontière mexicano-américaine, qui serait financée par le Mexique.

Donald Trump hérite d'un parlement qui a été souvent bloqué pendant le mandat du président Barack Obama.

Donald Trump s'est exprimé mercredi à New York. Hillary Clinton a annulé son apparition.

Version originale : Maxwell Tani/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il est désormais un peu plus compliqué de pratiquer la corruption en France et moins risqué de la dénoncer

VIDEO: Comment Sony a créé la manette de jeu parfaite