Publicité

Donald Trump va porter plainte contre Facebook, Twitter et Google pour l'avoir banni des réseaux sociaux

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Donald Trump va porter plainte contre Facebook, Twitter et Google pour l'avoir banni des réseaux sociaux
L'ex-président américain est banni pour deux ans de Facebook après avoir encouragé des manifestants à envahir le Capitole, le siège du pouvoit législatif. © Getty Images
Publicité

L'ancien président américain veut sa revanche sur les réseaux sociaux. Évincé de Facebook et Twitter depuis l'assaut meurtrier du Capitole, Donald Trump a annoncé mercredi qu'il lançait une plainte collective contre les deux groupes mais aussi Google (pour avoir supprimé ses vidéos sur Youtube) et leurs patrons, en les accusant d'être responsables d'une "censure illégale, inconstitutionnelle".

"Aujourd’hui, aux côtés de l'America First Policy Institute", une organisation qui promeut les politiques défendant "l'Amérique d'abord" de Donald Trump, "je dépose, en tant que principal représentant, une action collective majeure en justice contre les géants de la tech comprenant Facebook, Google et Twitter, ainsi que leurs patrons Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey", a annoncé le milliardaire dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey.

À lire aussi — Twitter a suspendu des comptes qui reprennent les propos du blog de Donald Trump

'La fin du silence forcé'

Ces trois patrons "mettent en œuvre une censure illégale, inconstitutionnelle", a-t-il affirmé lors d'un discours formel, derrière un podium où son nom était inscrit. Les spectateurs ont applaudi son annonce. "Nous demandons au tribunal fédéral du district sud de la Floride d'ordonner l'arrêt immédiat de la censure illégale et honteuse de la part des groupes de réseaux sociaux visant les Américains", a-t-il expliqué. "Nous exigeons (...) la fin du silence forcé".

"Il n'y a pas de meilleure preuve que la Big Tech est hors de contrôle que le fait qu'ils ont interdit le président des États-Unis en fonctions" sur leurs plateformes, a-t-il martelé.

"S'ils peuvent me le faire à moi, ils peuvent le faire à n'importe qui. Et d'ailleurs c'est exactement ce qu'ils font", a-t-il affirmé en donnant la parole à des citoyens se disant aussi victimes d'interdictions. "Nous sommes engagés dans un combat que nous allons gagner", a-t-il promis.

À lire aussi — La Floride signe une loi contre la 'censure' des comptes sur les réseaux sociaux

L'attaque déterminante du Capitole

En juin, Facebook avait suspendu Donald Trump pour deux ans. Le républicain avait déjà été exclu, temporairement, le 7 janvier dernier lorsqu'il était encore président pour avoir encouragé ses partisans lors de l'attaque du Capitole à Washington la veille, une décision sans précédent. Le réseau social Twitter l'avait aussi évincé après l'assaut meurtrier du Capitole pendant la cérémonie de certification de la victoire de son rival Joe Biden, le 6 janvier. Avant d'être banni, Donald Trump comptait près de 89 millions d'abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram.

"Google et YouTube ont effacé d'innombrables vidéos qui osaient mettre en doute le jugement de l'Organisation mondiale de la santé" pendant la pandémie, a-t-il également expliqué mercredi.

Jamais la question de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux n'a été aussi importante, au moment où la justice française et indienne ont toutes deux imposer à Twitter de faire des efforts sur les moyens de régulation du groupe.

À lire aussi — La justice française oblige Twitter à expliquer sa lutte contre la discrimination

Découvrir plus d'articles sur :