Publicité

D'où vient le mot 'licorne' pour qualifier une jeune entreprise dans la tech ?

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

D'où vient le mot 'licorne' pour qualifier une jeune entreprise dans la tech ?
Statue représentant une licorne, un animal légendaire. © Xfigpower/ Wikimedia Commons
Publicité

Les licornes se multiplient en France depuis le début de l'année. On en compterait même 17 sur le territoire, au mercredi 7 juillet 2021. Mais comment cette créature légendaire peut-elle peupler nos contrées ? Tout simplement parce que l'emploi du terme "licorne" a été détourné dans le milieu de la tech pour désigner non plus l'animal imaginaire, avec une longue corne au milieu du front, mais une jeune entreprise. Plus précisément, une licorne est une startup non cotée en Bourse et valorisée plus d'un milliard de dollars, soit environ 850 millions d'euros.

Les différentes levées de fonds opérées par les sociétés depuis leur lancement permettent d'établir l'évolution de leur valorisation. Par exemple, ManoMano a été valorisé plus de 2,6 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros environ) à l'occasion de sa dernière levée de fonds annoncée le 6 juillet. Le site de e-commerce, spécialisé dans le bricolage et la jardinage, est ainsi devenu la 17e licorne française.

À lire aussi — Voici la liste des 16 licornes françaises, ces entreprises qui pèsent plus d'1 Md$

Mais pourquoi le secteur de la tech a-t-il décidé de nommer "licornes" ces jeunes entreprises non cotées ? L'histoire remonte, non pas en des temps ancestraux, mais à 2013 seulement. Une spécialiste américaine du capital-risque, Aileen Lee, diplômée du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et fondatrice du fonds Cowboy Ventures, basé à Palo Alto en Californie, est à l'origine de l'emploi de ce terme.

'Cela signifie quelque chose d'extrêmement rare et de magique'

Aileen Lee a écrit un article intitulé "Welcome to the Unicorn Club : Learning from Billion-Dollar Startups" ("Bienvenue au club des licornes : apprendre des startups milliardaires"), publié en novembre 2013 sur le site TechCrunch spécialisé dans les startups. Elle y expose les résultats d'une étude réalisée par Cowboy Ventures, qui réunit des données sur les entreprises technologiques américaines créées depuis 2003.

Résultat, seules 0,07% des startups spécialisées dans les logiciels informatiques ("software" en anglais) aux États-Unis atteignaient alors une valorisation d'au moins un milliard de dollars, moins de dix ans après leur lancement. Soit 39 entreprises à l'époque. Ces sociétés sont si rares qu'en dénicher une serait aussi difficile que de trouver une mythique licorne.

"Oui, nous savons que le terme 'licorne' n'est pas parfait — les licornes n'existent apparemment pas, et ces entreprises existent — mais nous aimons le terme car, pour nous, cela signifie quelque chose d'extrêmement rare et de magique", explique une note au bas de l'article d'Aileen Lee. Selon son analyse, Facebook est la seule super-licorne des années 2000 avec une valeur estimée à plus de 100 milliards de dollars en 2013.

De plus en plus de licornes

Le terme "licorne" a d'autant plus facilement été popularisé dans le secteur de la tech que cette créature fait partie de l'univers "heroic fantasy", un sous-genre littéraire souvent apprécié des geeks, éminents protagonistes de la Silicon Valley.

"En moyenne, quatre licornes sont nées par an au cours de la dernière décennie", relevait Aileen Lee en 2013. Le rythme d'apparition de nouvelles licornes s'est depuis grandement accéléré. Rien qu'en France en 2021, on dénombre huit nouvelles entreprises appartenant à ce club très fermé... que de plus en plus de startups parviennent toutefois à intégrer.

À lire aussi — La startup française Aircall devient une licorne après un nouveau tour de table de 120M$

Découvrir plus d'articles sur :