Eastpak, Vans, Kipling et 15 autres marques comptent boycotter le cuir brésilien

Douglas Bagg/Unsplash

Les feux se sont multipliés en Amazonie ces dernières semaines. La progression de la déforestation serait la principale cause de ces incendies, provoqués par des cultivateurs mais aussi des éleveurs afin de gagner de nouvelles terres sur la forêt pour faire paître les troupeaux. Les images des flammes ravageant l'Amazonie ont suscité beaucoup d’émoi à travers le monde jusqu’à faire réagir plusieurs marques du secteur du textile et de l'habillement. Près d’une vingtaine d’entre elles, dont Vans et Timberland, ont fait part de leur intention de ne plus se fournir en cuir brésilien.

Les marques n'ont pas demandé de suspension des achats de cuir mais ont envoyé un document aux tanneries brésiliennes, demandant une garantie de traçabilité. Mais il se peut que de nouvelles commandes n'aient pas lieu avant que la situation n'ait été clarifiée. C'est une responsable du Centre des industries de tannerie du Brésil (CICB), qui regroupe les entreprises brésiliennes productrices de cuir, qui en a informé l'AFP. Ce même document a été envoyé par le CICB au ministre brésilien de l'environnement, Ricardo Salles, et a été publié mercredi 28 août 2019 par le journal Folha de Sao Paulo

A lire aussi : Amazonie : la France contribue à la déforestation en important du soja, assurent les ONG

Dans un communiqué, le président exécutif du CICB, José Fernando Bello, a toutefois assuré que les "approvisionnements et les exportations se poursuivent normalement".

 

De son côté, le président brésilien Jair Bolsonaro n'a pas hésité à réagir à cette nouvelle sur Twitter : "plus tôt, des journaux ont annoncé que 18 marques ont suspendu leurs achats de cuir brésilien. À tous ceux qui jouent contre leur propre pays (...) j'annonce que le Centre des industries de tannerie du Brésil a démenti une telle suspension", a-t-il écrit. 

7% des chaussures en cuir françaises seraient issues du Brésil

Environ 83 000 feux ont été recensés depuis le début de l'année en Amazonie. Or, certains cuirs achetés par des marques internationales seraient directement liés à l'élevage sur le territoire brésilien.

Si le lien entre l'Europe et le Brésil pour l'élevage bovin est assez faible au niveau de la consommation de viande, il l'est beaucoup plus pour le cuir, qui est massivement exporté vers la Chine et l'Italie, où sont fabriqués une grande quantité de vêtements et produits textiles. L'association Envol Vert, qui lutte pour la préservation de la forêt et de la biodiversité dans les pays les plus défavorisés mais également en France, a calculé en 2014 que 7% des chaussures en cuir françaises pourraient être issues du Brésil. "Les grandes enseignes n'ont pas forcément de traçabilité, précise Boris Patentreger, cofondateur d'Envol Vert. Il serait donc intéressant de savoir si elles sont au courant que leur cuir vient du Brésil." 

"Le problème des matières premières c'est qu'elles ne sont pas forcément remplacées par du mieux, et on ne veut pas de plastique", affirme Boris Patentreger qui ne souhaite pas un arrêt de la production du cuir mais bien une meilleure connaissance de son origine. "C'est bien que ces marques aient décidé de mettre la pression", conclut-il. 

Voici les 18 marques qui ont décidé de boycotter l'achat de cuir brésilien : 

  • Timberland
  • Dickies
  • Kipling
  • Vans
  • Kodiak
  • Terra
  • Walls
  • Workrite
  • Eagle Creek
  • Eastpak
  • Jansport
  • The North Face
  • Napapijri
  • Bulwark
  • Altra
  • Icebreaker
  • Smartwoll
  • Horace Small

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les incendies en Amazonie sont si importants qu'on voit la fumée depuis l'espace

VIDEO: Voici les villes les plus isolées au monde