La plus vieille centrale nucléaire de France est un peu plus proche de sa fermeture

La CGT manifeste devant le siège d'EDF à Paris, le 6 avril 2017. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le conseil d'administration d'EDF a validé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim — la plus vieille centrale nucléaire de France, mais sous conditions.

Ces conditions "ne permettront pas au gouvernement de signer le décret avant la fin du mandat de François Hollande", insiste Le Figaro. Le président de la République avait promis de la fermer pendant son quinquennat.

Le conseil d'administration d'EDF a accepté le principe de la fermeture de la centrale, mais elle dépendrait du niveau total de la production électrique d'origine nucléaire d'EDF, conformément à la loi sur la transition énergétique, et de la mise en service de l'EPR de Flamanville.

Cette fermeture ne pourrait donc être demandée qu'en juin 2018. 

Pour Ségolène Royal, le conseil d'administration d'EDF a toutefois entériné de manière "irréversible et inéluctable" la fermeture de la centrale.

"L'État entérinera juridiquement cette décision dans les prochains jours", a fait savoir la ministre de l'Environnement et de l'Energie dans une déclaration.

Le conseil d'administration d'EDF laisse ouverte la possibilité de fermer un autre site, a appris Reuters d'une source proche du dossier et auprès de la CGT.

Selon un représentant de la CGT, la motion votée laisse ouverte la possibilité de fermer une autre centrale nucléaire que Fessenheim.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Norvège a créé une chambre forte pour héberger les livres les plus précieux au monde en cas d'apocalypse

VIDEO: USB-C était censé être un connecteur universel — mais il a encore beaucoup de problèmes