Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

L'action EDF a brutalement chuté à la Bourse de Paris, à partir de 11h55, mardi 27 novembre 2018. Les investisseurs ont commencé à vendre le titre du producteur d'électricité français, dans la foulée des déclarations d'Emmanuel Macron sur la transition énergétique et le nucléaire.

Le président de la République a dévoilé ce matin sa stratégie pour la transition écologique de la France lors des dix prochaines années et jusqu'en 2035 concernant l'évolution du mix énergétique du pays. Voici ce qu'il a dit à propos du nucléaire:

"La montée en puissance des énergies renouvelables en France est inéluctable et en aucun cas liée au rythme de fermeture des centrales nucléaires en France. Le dispositif actuel qui permet aux Français d'avoir les prix les plus bas d'Europe s'arrête en 2025. Je n'ai pas été élu sur un programme de sortie du nucléaire mais sur une réduction à 50% du nucléaire dans notre mix énergétique. Nous avons décidé de maintenir ce cap en repoussant l'échéance de 2025 à 2035. 14 réacteurs de 900 MW seront arrêtés d'ici 2035 et ce mouvement commencera en 2020 avec l'arrêt définitif des deux réacteurs de Fessenheim. Il se prolongera avec la fermeture de 4 à 6 réacteurs avant 2030. Il restera la fermeture de 12 réacteurs entre 2025 et 2035. Le rythme variera en fonction de l'évolution du mix énergétique dans notre propre pays et chez nos voisins européens."

Le titre EDF a plongé jusqu'à plus de 4% à la mi-journée, avant de rapidement réduire ses pertes. Mais il a rechuté et reculait encore de 3,68% à 13h03.

Cours de l'action EDF à 13h03, mardi 27 novembre 2018. Investing

Le groupe EDF ne sera pas indemnisé pour la fermeture de certaines centrales, si celles-ci approchent de leur cinquième visite décennale, permettant une éventuelle prolongation de leur durée de vie au-delà de 50 ans, a déclaré mardi une source proche de l'Elysée à Reuters.

L'entreprise doit contribuer à ramener la part du nucléaire à 50% de la production d'électricité en France en 2035, le nouvelle échéance annoncée par Emmanuel Macron.

L'Etat français, qui détient actuellement 83,7% du capital d'EDF, n'écarterait pas un renforcement de sa participation au sein de l'énergéticien, selon des éléments transmis à Reuters par l'Elysée.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Emmanuel Macron vient de donner sa réponse aux Gilets jaunes excédés par la hausse des prix du carburant — voici ce qu'il a dit

VIDEO: Comment le rouge et le vert sont devenus les couleurs de Noël