Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Edouard Philippe vient d'expliquer comment la suppression de l'ISF pourrait finalement rapporter de l'argent à la France

Edouard Philippe vient d'expliquer comment la suppression de l'ISF pourrait finalement rapporter de l'argent à la France
© Dailymotion/Europe 1

Le Premier ministre Edouard Philippe était invité sur Europe 1 ce lundi matin, où il a pu s'expliquer sur les dernières réformes proposées par le gouvernement.

L'une d'elles, visant à supprimer l'impôt sur la fortune (ISF) — qui concerne les foyers ayant un patrimoine net taxable supérieur à 1,3 million d'euros — est particulièrement contestée car elle est considérée comme un cadeau aux plus riches.

Edouard Philippe a expliqué sur Europe 1 qu'il fallait envisager cette réforme comme un billard à trois bandes qui, au final, devrait générer de nouvelles recettes fiscales pour la France:

"On supprime l'ISF parce qu'on a constaté sur les quinze dernières années que l'ISF réduisait la matière taxable en France. Parce que ceux qui partent à cause de l'ISF non seulement ne payent plus l'ISF, mais ils ne paient plus non plus l'impôt sur le revenu et ils y contribuent beaucoup. (...) Je voudrais qu'ils cessent de partir. Et deuxièmement, qu'on fasse revenir en France les plus riches, qu'ils soient français d'ailleurs ou étrangers, parce que quand ils viennent s'installer en France, ils augmentent la richesse globale, et donc le produit d'impôt."

Ce produit de l'impôt devra atteindre plusieurs milliards d'euros pour compenser la suppression de l'ISF.

Selon l'économiste français Thomas Piketty, les pertes de recettes fiscales par la suppression de l'ISF, "si l’on ajoute les cadeaux accordés aux dividendes et intérêts", s'élèveraient à plus de 5 milliards d’euros.

Dans une tribune publiée samedi 7 octobre dans Le Monde, Thomas Piketty avait qualifié la suppression de l'ISF de "lourde faute morale, économique et historique".

Vous pouvez voir l'intégralité de l'interview d'Edouard Philippe par Patrick Cohen ici.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :