Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Edouard Philippe précise les règles à respecter pour pouvoir sortir de chez soi

Edouard Philippe précise les règles à respecter pour pouvoir sortir de chez soi
Edouard Philippe était l'invité du 20h de TF1, le lundi 23 mars 2020. © Jacques Paquier/Flickr

Le Premier ministre Edouard Philippe, invité du 20h de TF1 ce lundi soir, a évoqué un prolongement du confinement au-delà de 15 jours mais a évacué l'idée de conditions plus drastiques. "Beaucoup de Français aimeraient retrouver le temps normal mais il n'est pas pour demain", a-t-il déclaré. "Nous ne sommes pas dans une logique de confinement général et absolu sur tout le pays au même moment", a-t-il aussi assuré. Néanmoins, face à l'indiscipline de certains Français, il a tenu à préciser les règles qui s'appliquent actuellement. "Sortir pour promener ses enfants ou pour faire du sport, c'est dans un rayon d'un kilomètre de chez soi, au maximum pour 1 heure, tout seul et une fois par jour", a-t-il affirmé. Le Premier ministre a ainsi indiqué qu'il faudra justifier de son heure de sortie sur l'attestation de déplacement dérogatoire.

Edouard Philippe signera ce lundi soir un décret qui permettra l'application de ces nouvelles règles dès mardi 24 mars. Concernant les sorties pour raison médicales, le Premier ministre a précisé qu'elles seraient autorisées uniquement pour "les soins urgents ou les soins qui répondent à une convocation d’un médecin". Il a notamment évoqué les maladies chroniques qui nécessitent certaines interventions, comme des dialyses. Il sera évidemment toujours possible de se rendre à l'hôpital en cas d'urgence. Edouard Philippe a rappelé que ceux qui ne respectaient pas les règles du confinement encouraient une amende de 135 euros qui peut passer à 1 500 euros en cas de récidive.

Pas de couvre feu 'à l'échelle de tout le pays'

Edouard Philippe a également annoncé l'interdiction des marchés ouverts, avec toutefois une dérogation possible accordée par les préfets sur avis des maires, notamment pour les petites communes où "le marché est parfois le seul moyen pour (...) avoir accès à des produits frais".

Alors que certaines villes comme Mulhouse ou Nice ont décidé d'instaurer un couvre-feu, Edouard Philippe a répondu ne pas vouloir prendre ce type de mesures "à l’échelle de tout le pays". "Nous avons donné instruction aux préfets de se rapprocher des maires", a-t-il dit, ajoutant que l'États n'hésitera pas "là où c’est nécessaire à prendre de mesures de couvre feu".

Edouard Philippe a par ailleurs affirmé que les obsèques étaient autorisées mais dans la limite "d'une vingtaine de personnes". "Nous avons voulu préserver l'humanité de ces moments et respecter les consignes sanitaires. Il s'agit là d'un équilibre difficile à trouver", a-t-il expliqué.

L'exécutif attend mardi l'avis des experts du Conseil scientifique sur les conditions du confinement de la population. La prolongation du confinement au delà des 15 jours annoncés au départ est jugée "probable" par plusieurs membres du gouvernement. Lors d'une réunion avec les représentants des cultes, le président Emmanuel Macron a réaffirmé qu'il n'était pas partisan d'un confinement total, selon plusieurs participants interrogés par l'AFP, mais a estimé nécessaire un contrôle plus strict des mesures actuelles.

A lire aussi — Comment faire une séance de muscu chez soi pendant le confinement, selon des coachs sportifs

Photo de une : Jacques Paquier/Flickr

Business Insider (avec AFP)
Découvrir plus d'articles sur :