Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Elections sénatoriales 2017: La République en marche perd son pari et demeure largement minoritaire

Elections sénatoriales 2017: La République en marche perd son pari et demeure largement minoritaire
© REUTERS/Gonzalo Fuentes

La droite républicaine française reste majoritaire au Sénat, où le Parti socialiste résiste et où La République en marche (LREM) fait un score modeste, selon les résultats des élections qui ont renouvelé dimanche la moitié de la Chambre haute.

C'est un pari perdu pour le parti présidentiel qui avait affiché l'ambitieux objectif de devenir la deuxième force politique du Sénat, après la droite républicaine.

LREM demeure quatrième.

La droite et le centre obtiennent donc la majorité absolue, qui est de 175 sièges au Sénat.

Voici la répartition des sénateurs par nuance politique d'après des chiffres définitifs publiés sur le site du ministère de l'Intérieur:

  • Les Républicains/Divers droite: 171 sièges
  • PS/Parti radical de gauche/Divers gauche: 96 sièges
  • UDI/Mouvement démocrate: 41 sièges
  • La République en Marche: 24 sièges
  • PCF: 10 sièges
  • FN: 2 sièges
  • Autres: 4 sièges.

Avec 23 sénateurs élus au final, contre 29 dans l'assemblée sortante, le parti présidentiel La République en marche est loin de la quarantaine d'élus espérés.

Au-delà de la constitution de son groupe au Sénat, LREM espère nouer des alliances chez les socialistes, les radicaux et les républicains pour faire voter des réformes gouvernementales.

L'objectif sera d'assurer à Emmanuel Macron une majorité des trois cinquièmes au Parlement (Assemblée et Sénat réunis) — c'est-à-dire 555 parlementaires sur 925 (577 députés et 348 sénateurs), comme le rappelle France Info.

Cette majorité est nécessaire pour faire adopter des textes modifiant la Constitution sans recours au référendum, toujours risqué pour l'exécutif. C'est le cas de la proposition du candidat Macron de réduire d'un tiers le nombre de parlementaires et d'introduire "une dose de proportionnelle au Parlement. Pour l'instant, il dispose de 376 voix. La majorité présidentielle va donc devoir négocier avec des élus de la droite et de la gauche modérées pour obtenir la majorité.

"Les réformes de transformation que vont proposer le gouvernement et le chef de l'Etat demain vont être scrutées au Sénat et on trouvera souvent des majorités au fur et à mesure", prédit le président du groupe LREM au Sénat, François Patriat.

"Les grands électeurs ont aujourd'hui conforté la majorité sénatoriale ont clairement affiché leur volonté de voir exister un contre-pouvoir parlementaire indispensable à mes yeux au fonctionnement équilibré de la démocratie", déclaré le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), lui-même réélu dans les Yvelines et grand favori à sa réélection à la présidence.

En vertu de la loi sur le non-cumul des mandats, les sénateurs-maires devront choisir entre leur mandat de parlementaire et leur fonction exécutive locale. La nouvelle assemblée sénatoriale de 348 élus doit se retrouver dans l'hémicycle le 2 octobre pour élire son président, deuxième personnage de l'Etat.

Dernier scrutin d'une année chargée, ces sénatoriales ouvrent une longue période sans élections, jusqu'aux européennes du printemps 2019.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :