Les fans de l'Overwatch League Valiant à Los Angeles applaudissent lors d'un match. Overwatch League

  • Overwatch est l'un des jeux de eSport qui a le plus de succès au monde, grâce notamment à la ligue Overwatch et d'autres événements qui rassemblent plus de 200 joueurs professionnels.
  • Au début de l'année, un joueur qui utilisait le nom de "Ellie" a été ajouté à la liste des joueurs semi-professionnels mais a rapidement suscité la suspicion et la colère des joueurs masculins.
  • Des fans sceptiques se demandaient si Ellie avait bénéficié d'un traitement de faveur car elle était une femme. Certains ont exigé que son identité soit rendue publique et ont menacé de la retrouver et de divulguer ses informations personnelles.
  • En réalité, Ellie n'était pas une femme. Et l'incident souligne un problème inquiétant au sein du eSport.

L'essor du eSport a donné aux joueurs de jeux vidéo l'occasion de transformer leur passion en métier, mais il peut parfois y avoir des incidents qui montrent à quel point le secteur peut être immature.

Pour les fans du jeu Overwatch, une récente controverse sur un joueur qui s'est fait passer pour une femme a révélé un sexisme sous-jacent qui imprègne cette culture alors même que les parrainages clinquants et les prix de plusieurs millions de dollars sont devenues la norme.

Overwatch est l'un des jeux de eSport les plus titrés au monde, et la ligue Overwatch est dominée par les hommes.

C'est pourquoi une joueuse nommée Ellie a attiré l'attention lorsqu'elle a été ajoutée à la liste d'une équipe semi-professionnelle Overwatch appelée Second Wind il y a quelques semaines. Contrairement aux autres joueurs, le nom complet d'Ellie ne figurait pas sur le site internet de Second Wind, mais son compte Overwatch figurait parmi ceux des meilleurs joueurs en ligne.

Certains joueurs ont demandé à connaître les informations personnelles d'Ellie

La place d'Ellie dans l'équipe semble avoir suffi à éveiller les soupçons de ses rivaux masculins, qui ont accusé la Ligue Overwatch d'accorder un traitement de faveur et ont demandé si Ellie était réellement une femme. Au fur et à mesure que le temps passait, le ton des demandes devenait de plus en plus violent, certains joueurs ont même menacé de retrouver et de divulguer eux-mêmes les informations personnelles d'Ellie.

"Je pense qu'il est utile de dire que nous ne savons pas si 'Ellie' est réellement une femme ou non. J'ai parlé à beaucoup de joueuses qui évoluent dans le classement, toutes trouvent absurde que quelqu'un, surtout une femme, arrive à échapper à la surveillance à ce point. J'imagine que c'est un faux nom, j'attends confirmation."

"Ellie est un fake, ça a été confirmé lmao. En plus, la personne qui était grandement suspectée de jouer sur ce compte n'avait pas signé dans une équipe. Pourquoi vous pensez qu'un homme n'arrive pas à entrer dans une équipe alors que le même homme qui se fait passer pour une femme parvient à faire partie d'une équipe du jour au lendemain?"

Certains joueurs et supporters ont défendu le droit à la vie privée d'Ellie et ont accusé les sceptiques de s'en prendre à Ellie à cause de son sexe. Mais Ellie fini par dire à Second Wind qu'elle se retirait de l'équipe à cause de la réaction du public.  

"Malheureusement, à cause de réactions imprévues, Ellie a choisi de se retirer de l'équipe. Nous espérons que vous continuerez à la soutenir dans ses projets dans Overwatch, comme nous le ferons".

Hélas, ceci étant du eSport, l'histoire ne s'arrête pas là.

Il s'avère qu'Ellie n'était, en réalité, pas une femme.

Une enquête menée par Second Wind et plusieurs journalistes spécialisés dans l'eSport a révélé qu'Ellie était un personnage créé par un joueur qui utilisait l'étiquette "Punisher" en ligne. "Punisher" était déjà connu pour être un grand joueur Overwatch en ligne et a dit à ses amis qu'il avait convaincu des femmes de l'aider à imiter une joueuse pour faire une "expérience sociale". Rod "Slasher" Breslau, journaliste à Esports, a parlé à trois femmes qui ont déclaré que Punisher les avait informées de cette expérience en privé.

"La troisième femme, une autre joueuse d'OW, a déclaré que Punisher lui avait demandé de parler à sa place pendant qu'il jouait. Elle a dit qu'il faisait un décompte pour lui donner le signal. On pense que Punisher a fait parler beaucoup de femmes pour lui et a peut-être une personne proche de lui pour l’aider, mais la présence en ligne d'Ellie est complètement fausse."

Cette expérience sociale a-t-elle prouvé quelque chose ou a-t-elle aggravé une mauvaise situation?

Le but de l'expérience d'usurpation d'identité d'Ellie/Punisher n'est pas tout à fait clair, et certains s'inquiètent du fait qu'il aurait pu fournir davantage d'armes aux joueurs sceptiques qui doutent du potentiel des joueuses de eSport.

Secteur dominé par les hommes, le eSport est régulièrement confronté à de la misogynie lorsque hommes et femmes sont en concurrence. Seules quelques femmes sont prêtes à rivaliser avec une culture que beaucoup qualifieraient de toxique, et le climat qui entoure Ellie et Geguri laisse à penser que les femmes devront faire face à un scepticisme d'autant plus grand à mesure qu'elles atteignent le sommet du jeu.

Il n'y a qu'une seule femme qui joue actuellement dans l'Overwatch League, le plus haut niveau de compétition du jeu. Kim "Geguri" Se-yeon des Dragons de Shanghai a été accusée de tricherie par plusieurs joueurs masculins professionnels avant ses débuts dans l'Overwatch League. Elle a fini par leur prouver le contraire et trois de ses détracteurs se sont retirés du jeu.

Avec très peu d'opportunités professionnelles pour des milliers de joueurs, la jalousie dans les plus hauts rangs du jeu n'a rien de surprenant, mais l'objectif du eSport devrait être de créer un environnement sain et professionnel tout en préservant l'esprit de compétition. Pour éviter le scepticisme et un environnement toxique, les organisations professionnelles doivent faire preuve de la diligence et présenter leurs joueurs sous le meilleur jour possible.

Pour les femmes intéressées par le eSport, ce scandale est un autre rappel qu'une partie de la communauté refuse toujours de croire que les femmes peuvent rivaliser en tant que joueuses professionnelles et qu'elles joueront toujours pour prouver que ceux qui doutent de cela ont tort.

Version originale: Kevin Webb/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 16 joueurs français d'eSport qui ont gagné le plus d'argent en compétition en 2018

VIDEO: Grâce à ce mug à céréales, vous pouvez prendre votre petit-déjeuner tout en faisant du vélo