Elon Musk a dévoilé un prototype de sa fusée Starship pour aller sur Mars et développer une 'civilisation multiplanétaire'

Elon Musk a dévoilé le prototype du Starship Mark 1 de 50 mètres de haut à Boca Chica, Texas, le 28 septembre 2019. SpaceX/YouTube

Elon Musk, le fondateur et DG de SpaceX, s'est adressé samedi soir à la planète Terre afin de faire part de ses derniers plans pour "étendre la conscience au-delà de la Terre" en utilisant un énorme vaisseau spatial en acier. Posté entre deux fusées qui représentaient à la fois l'avenir de SpaceX et son passé, Elon Musk a prononcé son discours devant plus de 100 personnes depuis le site de lancement en plein développement de la société à Boca Chica, au sud-est du Texas.

Derrière Elon Musk se trouvait une fusée plus petite appelée Falcon 1 qui, après trois défaillances catastrophiques en 2006, 2007 et 2008, a finalement livré pour la première fois une petite charge utile dans l'espace. Le succès de cette mission a également empêché Elon Musk et SpaceX de faire faillite. "Il y a onze ans aujourd'hui, SpaceX a effectué un lancement en orbite pour la première fois", a déclaré Elon Musk à propos de ce premier lancement réussi du Falcon 1, le 28 septembre 2008. "Si ce quatrième lancement n'avait pas réussi, on aurait fermé boutique. Mais le destin nous a souri ce jour-là."

Pourtant, alors qu'il parlait, tous les yeux étaient fixés sur la fusée de 50 mètres de haut en acier inoxydable derrière Elon Musk que SpaceX a terminé de monter quelques heures seulement avant son discours.

Le prototype de fusée Startship Mark 1 (à gauche) le 28 septembre 2019, à côté du Falcon 1 (à droite) : la première fusée de la société, qui a envoyé sa première charge utile en orbite il y a 11 ans. SpaceX/Twitter

"Je pense que c'est la chose la plus inspirante que j'aie jamais vue", a dit Elon Musk au sujet du véhicule, appelé Starship Mark 1 : un prototype essentiel pour un système appelé Starship. Un Starship complet devrait atteindre 40 étages sur une rampe de lancement, transporter des dizaines de personnes en orbite à la fois, et éventuellement envoyer des équipages sur la Lune et sur Mars.

A lire aussi —  SpaceX pourrait valoir 120 milliards de dollars si Elon Musk réussissait à lancer sa constellation Starlink

"Il y a beaucoup de problèmes dans le monde, bien sûr, et ils sont importants, et nous devons les résoudre. Mais nous avons aussi besoin de choses qui nous rendent enthousiastes à l'idée d'être en vie", a dit Elon Musk. "Devenir une civilisation spatiale - être parmi les étoiles - c'est une des choses qui me rend heureux d'être en vie."

"Voulez-vous un avenir où nous deviendrons une civilisation spatiale, où nous serons sur de nombreux mondes et où nous serons au milieu des étoiles ? Ou un où nous sommes confinés à jamais sur Terre ?" dit-il. "Je choisis la première option." Mais la vision audacieuse d'Elon Musk a besoin d'un véhicule pour être exécutée, et pour lui ce véhicule est Starship.

SpaceX a apporté des changements radicaux à sa fusée à destination de Mars au cours de la dernière année

Illustration du système de fusée Starship prévu par SpaceX et comparaison de sa taille avec celle d'autres véhicules spatiaux, réels ou fictifs.SpaceX/YouTube

En septembre 2018, Elon Musk a présenté une version en fibre de carbone d'un véhicule pour aller sur Mars, appelé Big Falcon Rocket. Il a également présenté Yusaku Maezawa, un milliardaire de la mode japonaise, comme l'un des principaux investisseurs pour le développement du système - et la personne qui volera autour de la Lune dans une fusée SpaceX en 2023.

Quelques mois plus tard, SpaceX a abandonné la conception en fibre de carbone au profit d'une variante en acier inoxydable. En décembre de la même année, Elon Musk a annoncé que l'engin spatial avait été remodelé pour devenir Starship. Depuis, SpaceX a construit et lancé un prototype appelé Starhopper et a terminé le Starship Mk 1 (qu'Elon Musk espère pouvoir faire décoller dans un mois environ). Ces prototypes sont en cours d'élaboration en vue d'un système Starship entièrement réutilisable - de cette façon, aucune pièce de fusée à plusieurs millions de dollars n'est gaspillée, et le seul coût majeur du lancement est le carburant.

"L'avancée cruciale qui est nécessaire pour que nous devenions une civilisation spatiale est de faire en sorte que les voyages dans l'espace ressemblent aux voyages aériens", a dit Elon Musk. "C'est fondamentalement le Saint Graal du voyage spatial."

SpaceX a posté samedi une vidéo sur Twitter (ci-dessous) qui montre comment Starship fonctionnerait.

 

Dans l'animation, un vaisseau Starship est empilé sur un propulseur de fusée géant, appelé Super Heavy, qui est équipé de plusieurs dizaines de moteurs Raptor de la taille d'une voiture. Le propulseur d'appoint transporte le vaisseau vers l'orbite, se détache et retombe sur Terre. Une fois ravitaillé en carburant, le propulseur lance ensuite un autre vaisseau pour rencontrer le premier en orbite, le ravitailler en méthane et en oxygène - des liquides, selon Elon Musk, qui peuvent être fabriqués en masse sur Terre et sur Mars avec du dioxyde de carbone, de l'eau et de l'énergie solaire - et l'envoyer poursuivre son chemin.

Les changements les plus importants apportés à la conception du Starship comprennent notamment l'affinage de ses ailes inférieures et l'ajout de tuiles de bouclier thermique en forme d'hexagone qui tapissent le ventre de l'engin spatial. SpaceX s'est débarrassé de trois ailes qui servaient aussi de pieds d'atterrissage. Au lieu de cela, le Starship - tel qu'il est actuellement envisagé - a maintenant six pieds d'atterrissage escamotables et deux ailes.

Les ailes et les tuiles sont essentielles à la sauvegarde de Starship, car il revient sur Terre à une vitesse 25 fois supérieure à celle du son et traverse l'atmosphère de la planète. Cette phase, appelée rentrée, génère un plasma très chaud qui peut détruire un vaisseau spatial non protégé.

"Pour un vaisseau réutilisable, vous rentrez comme un météore. Il ne faut pas que quelque chose fonde à haute température", a dit Elon Musk, soulignant le besoin en acier (la plupart des fusées utilisent de l'aluminium ou des fibres de carbone). Il a également noté que l'acier inoxydable est environ 50 fois moins cher au poids que les composites en fibre de carbone.

Une illustration du système de fusée Starship prévu par SpaceX pour entrer dans une atmosphère planétaire et utiliser son bouclier thermique pour se protéger. SpaceX/YouTube

Les ailes remodelées du vaisseau devraient aider le véhicule à maintenir sa portance, à ralentir plus graduellement et à répartir la chaleur lors de la rentrée, tandis que les tuiles thermiques absorbent cette énergie. Une fois que le vaisseau aura atteint une atmosphère plus dense, Elon Musk a dit que les ailes l'aideront à diriger le Starship quand il se rapprochera d'une aire d'atterrissage.

"Il tombe comme un parachutiste et se contrôle tout seul, puis il tourne et atterrit," a expliqué Elon Musk. "Ce serait dingue de voir ce truc atterrir." Kimi Talvitie - un passionné de vols spatiaux, ingénieur logiciel et artiste - a construit un modèle 3D impressionnant d'un Starship "parachutiste" (ci-dessous) en utilisant les détails qu'Elon Musk a partagés avant sa présentation.

 

'Je pense que nous pourrions faire voler des gens l'année prochaine.'

Bien qu'il faille encore des années avant que le Starship ne soit pleinement réalisé, Elon Musk a partagé des idées impressionnantes sur la façon dont il pourrait se mesurer à toutes les autres fusées - même les lanceurs partiellement réutilisables de SpaceX, le Falcon 9 et le Falcon Heavy. Elon Musk a estimé que, dans un scénario idéal, le système Starship pourrait être lancé dans l'espace et revenir trois fois par jour, soit environ 1 000 fois par an. En supposant que chaque lancement peut transporter environ 150 tonnes de charge utile en orbite, cela équivaut à environ 150 000 tonnes par an. C'est plus de 333 fois la masse de la Station spatiale internationale. D'après lui, toutes les fusées de la Terre lancées aujourd'hui pourraient, ensemble, ne pas délivrer plus de 300 tonnes dans l'espace.

"On parle de quelque chose qui, avec une flotte de Starship, représente plus de 1000 fois toutes les capacités terrestres réunies. Toutes les autres fusées combinées représenteraient 0,1 %, y compris les nôtres", a dit Elon Musk. "Mais vous en avez besoin si vous voulez construire une ville sur Mars. Il faut le faire."

Une illustration d'un Starship qui décolle d'une ville martienne et se dirige vers la Terre. SpaceX/YouTube

La réutilisation rapide du système, dont Elon Musk a souligné l'importance, pourrait également permettre au Starship de passer à un état opérationnel beaucoup plus rapidement.
"Je pense que nous pourrions envoyer des gens dès l'année prochaine ", a dit Elon Musk. "Nous pouvons faire beaucoup de vols pour prouver la fiabilité très rapidement."

Selon Elon Musk, SpaceX n'a pas encore déterminé comment il compte maintenir les gens en vie dans ses vaisseaux, en termes d'oxygène, de nourriture, d'eau et de déchets, et encore moins à la surface de Mars. Mais il a ajouté qu'il y a un réel besoin de systèmes de survie "régénératifs", qui recyclent et conservent tout le matériel dont les humains ont besoin.

"Je pense qu'il est certain que vous voudriez avoir un système de survie régénérateur", a dit Elon Musk. "La régénération est une sorte de nécessité. En fait, je ne pense pas qu'il soit très compliqué de faire ça, par rapport au vaisseau spatial lui-même." Malgré l'optimisme de Elon Musk, les systèmes de survie régénératifs entièrement fonctionnels n'ont pas encore été mis au point dans des installations élaborées sur Terre, et encore moins dans les engins spatiaux.

Elon Musk veut sauver l'humanité avant que sa 'fenêtre ne se ferme'.

Elon Musk a dévoilé le prototype du Starship Mark 1 de 164 pieds de haut à Boca Chica, Texas, le 28 septembre 2019 SpaceX/YouTube

Si Elon Musk a la volonté de créer Starship, ce n'est pas seulement pour aborder sereinement l'avenir, mais aussi, dans son esprit, pour sauver l'humanité d'un destin tragique. "Pour autant que nous le sachions, c'est le seul endroit dans cette partie de la galaxie, la Voie Lactée, où il y a une conscience," a dit Elon Musk de la planète Terre. Il a expliqué qu'il a fallu environ 4,5 milliards d'années à cette "conscience" - nous les humains - pour évoluer, mais qu'il nous restait peut-être quelques centaines de millions d'années avant que notre soleil vieillissant commence à se dilater, à chauffer la Terre et à rendre inhabitable notre planète natale.

Elon Musk décrit cela comme à une fenêtre de temps pour la conscience. "C'est tout ce qu'on a, ok ? Plusieurs centaines de millions d'années", dit Elon Musk. "S'il avait fallu 10 % de plus à la vie pour que la conscience évolue, elle n'aurait pas évolué du tout, car elle aurait été incinérée par le soleil."

Même si cette tragédie, ou d'autres catastrophes qui détruisent l'humanité, sont encore loin, Elon Musk ne veut pas perdre de temps, comme en témoigne le rythme frénétique du programme de développement des fusées Starship. "Je suis optimiste de nature, mais il y a des chances que la 'fenêtre' ne s'ouvre pas pour longtemps", a dit Elon Musk. "Je pense que nous devrions devenir une civilisation multiplanétaire tant que cette fenêtre est ouverte".

"Et si nous le faisons, je pense que le résultat probable pour la Terre est encore meilleur parce que Mars pourrait un jour aider la Terre. Je pense que nous devrions vraiment faire de notre mieux pour devenir une espèce multiplanétaire, et nous devrions étendre notre conscience au-delà de la Terre, et nous devrions le faire maintenant".

Version originale : Business Insider / Dave Mosher

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : SpaceX va réaliser deux lancements de satellites Starlink par mois en 2020 pour fournir un accès à internet à tous

Facebook ne veut pas diffuser les vidéos en direct avec un léger différé après l'attentat en Nouvelle-Zélande