Elon Musk assure avoir envoyé un tweet en utilisant un satellite Starlink

Elon Musk en octobre 2013. Photo by Brian Lawless/PA Wire/Abaca

Elon Musk a envoyé, ce mardi 22 octobre 2019, un tweet sur son compte personnel et a affirmé qu'il a réussi à le faire via un satellite Starlink. "J'envoie ce tweet à travers l'espace via un satellite Starlink" et d'ajouter : "whoa, ça a marché !!". Plusieurs internautes lui ont alors répondu pour le féliciter et l'une a notamment demandé : "ma connexion Internet est lente, quel est le mot de passe pour Starlink ?". 

Le projet de méga-constellation de satellites Starlink est censé fournir, à terme, un accès internet rapide et bon marché, notamment dans les régions isolées du globe. Les satellites Starlink sont placés en orbite basse et non en orbite géostationnaire contrairement aux offres existantes afin de réduire le temps de latence de 25 à 35 millisecondes contre 600 millisecondes actuellement proposées.

Initialement, SpaceX comptait déployer 12 000 satellites au total, mais récemment, l'entreprise spatiale fondée par le milliardaire tech a soumis, le 7 octobre dernier, une demande auprès de l'Union internationale des télécommunications, agence des Nations-Unies spécialisée dans les technologies de l'information et de la communication, pour pouvoir déployer 30 000 satellites supplémentaires. Au final, la méga-constellation pourrait ainsi comporter 42 000 micro-satellites.

A lire aussi — SpaceX va réaliser deux lancements de satellites Starlink par mois en 2020 pour fournir un accès à internet à tous

En mai dernier, SpaceX a réussi à mettre en orbite une première flopée de 60 micro-satellites. Mais quelques jours après le lancement, plusieurs scientifiques se sont inquiétés de ce projet de méga-constellation. L'astronome Alex Parker avait ainsi commenté sur Twitter : "je sais que les gens s'émerveillent en regardant les images du 'train' de satellites Starlink de SpaceX, mais ça me laisse perplexe. Ils sont lumineux et il y en aura beaucoup." La crainte principale est la pollution lumineuse que va engendrer cette myriade de satellites, qui "deviendront plus nombreux que le nombre d'étoiles visibles à l'œil nu."

Et c'est sans compter la probabilité qu'un "syndrome de Kessler" se produise — une série de collisions orbitales en cascade qui pourraient empêcher aux humains d'accéder à l'espace pendant des centaines d'années. En septembre dernier, le satellite d'observation de la Terre de l'Agence spatiale européenne (ESA) Aeolus avait dû procéder à une manœuvre orbitale pour éviter d'entrer en collision avec un satellite Starlink de SpaceX. 

Selon la présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, la société spatiale devrait effectuer en moyenne deux lancements Starlink par mois dès l'année prochaine. Le projet de méga-constellation de SpaceX devrait être, à terme, une mine d'or pour l'entreprise d'Elon Musk : en effet, d'après un rapport de Morgan Stanley, SpaceX pourrait valoir environ 120 milliards de dollars si le projet réussissait.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : SpaceX pourrait valoir 120 milliards de dollars si Elon Musk réussissait à lancer sa constellation Starlink

VIDEO: Cet oreiller de voyage devrait résoudre un problème fréquent des coussins classiques pour le cou