Publicité

Elon Musk offre 100 millions de dollars à celui qui créera la meilleure technologie de capture du carbone

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


© ODD ANDERSEN/AFP via Getty Images
Publicité

Elon Musk, le PDG de Tesla et de SpaceX, a présenté jeudi 21 janvier sa dernière initiative philanthropique : un concours visant à encourager des technologies de capture du carbone plus innovantes. "Je donne 100 millions de dollars (82 millions d'euros, ndlr) pour un prix de la meilleure technologie de capture du carbone", a tweeté le milliardaire, ajoutant qu'il fournirait "les détails la semaine prochaine".

Elon Musk, qui a brièvement dépassé le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, en tant qu'homme le plus riche du monde avant qu'une chute du prix de l'action Tesla ne lui fasse perdre sa place, a récemment demandé à ses followers sur Twitter des conseils sur la meilleure façon de donner son argent.

À lire aussi — Elon Musk propose de construire un tunnel sous Miami, les réactions sont sceptiques

"Les commentaires critiques sont toujours très appréciés, ainsi que les moyens de donner de l'argent qui font vraiment une différence (bien plus difficile qu'il n'y paraît)", a tweeté Elon Musk début janvier.

En 2012, Musk a signé le Giving Pledge, une initiative lancée par Bill Gates et Warren Buffett qui demande aux signataires de faire don d'au moins la moitié de leur patrimoine au cours de leur vie, et a principalement donné pour l'enseignement des sciences et de l'ingénierie, la recherche sur les énergies renouvelables, la recherche pédiatrique et la recherche sur l'exploration humaine de l'espace.

Mais une estimation de Forbes en septembre a révélé que le milliardaire n'avait donné que 100 millions de dollars jusqu'à présent, soit moins de 1 % de sa fortune totale. Néanmoins, le concours de capture du carbone irait à une cause qui est susceptible de jouer un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique, en particulier sous l'administration Biden.

À lire aussi — Mark Zuckerberg et Elon Musk se rendent coup pour coup depuis des années, voici l'origine de leur querelle

Une étude publiée en novembre dernier dans la revue Scientific Reports a conclu que les entreprises et les gouvernements doivent de toute urgence "commencer à développer les technologies permettant d'éliminer à grande échelle les gaz à effet de serre de l'atmosphère", un processus connu sous le nom de capture et de stockage du carbone (CSC).

Les températures sur Terre sont déjà en bonne voie pour dépasser les niveaux que l'accord de Paris sur le climat — que le président Joe Biden a rejoint mercredi 20 janvier — a fixés comme objectifs pour 2100.

Mais même si toutes les émissions de gaz à effet de serre cessaient d'ici là, selon l'étude, au moins 33 gigatonnes de dioxyde de carbone devraient être aspirées de l'atmosphère chaque année grâce au piégeage du carbone, soit environ la quantité totale de dioxyde de carbone émise par l'industrie mondiale des combustibles fossiles en 2018 (36 gigatonnes).

Cette technologie est de plus en plus largement acceptée comme une forme de géo-ingénierie sûre et potentiellement efficace par rapport à d'autres approches, et Joe Biden a exprimé son soutien à cette technologie dans son programme de campagne, déclarant que son administration prendrait des mesures pour "accélérer le développement et le déploiement de la technologie de capture et de séquestration du carbone".

Plus précisément, le nouveau président américain souhaite rendre le captage du carbone plus largement disponible, moins cher et plus évolutif, et prévoit d'augmenter les investissements fédéraux et les incitations fiscales pour le développement de cette technologie.

Version originale : Tyler Sonnemaker/Business Insider US

À lire aussi — SpaceX aurait acheté deux plateformes pétrolières pour les transformer en pas de tir "flottants"

Découvrir plus d'articles sur :