Elon Musk, SpaceX, Mars

Le patron de SpaceX Elon Musk présente son projet de colonisation de Mars lors du International Astronautical Congress à Guadalajara, Mexique, 27 septembre 2016. REUTERS

Elon Musk, milliardaire des tech et fondateur de SpaceX, veut coloniser la planète Mars et y installer un million de personnes pour protéger l'humanité d'une mort certaine.

C'était le sens de la présentation qu'il a donnée lors du 67e Congrès international d'astronautique de Guadalajara au Mexique. Elon Musk a dévoilé un projet ambitieux pour établir une colonie humaine sur la planète rouge dès 2022.

Son discours est disponible sur YouTube (et à la fin de cet article).

"Nous essayons de trouver comment vous emmener sur Mars et construire une ville auto-suffisante — afin de devenir une vraie espèce multiplanétaire", a annoncé Elon Musk.

Voici ce que nous avons appris des ambitions martiennes d'Elon Musk et SpaceX :

Musk a affirmé que la vidéo animée de son Système de Transport Interplanétaire (ITS) 'n'était pas une vue d'artiste'.

C'est joli, mais l'esthétique n'est pas l'enjeu ici.

"Voici ce que nous voulons essayer et à quoi nous voulons que cela ressemble", a-t-il dit.

Musk a précisé que l'animation venait de fichiers design créés par des ingénieurs pour simuler le vrai système architectural de Mars et montrer comment tout ça fonctionnerait.

Voici à quoi l'ITS ressemblerait de l'intérieur :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Ce système de fusée serait le plus grand jamais créé.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Avec un vaisseau spatial à sa tête, l'ITS ferait 122 mètres de haut et 12 mètres de large. Il pourrait emmener des centaines de tonnes de cargo dans l'espace.

Voici l'ITS comparé à d'autres systèmes de lanceurs — à la fois en taille et en performance :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Selon Musk, les barres blanches représentent le rapport coût/poids pour emmener du fret dans l'espace. Plus elles sont élevées, mieux c'est.

Voici un plan coupe du vaisseau spatial :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Le vaisseau spatial pourrait ressembler à ceci à l'intérieur...

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

... et à l'extérieur.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Voici le puissant moteur Raptor que l'ITS utiliserait :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Elon Musk a annoncé précédemment que ces moteurs seraient environ trois fois plus puissants que les moteurs Merlin utilisés par ses fusées Falcon 9.

"Je suis surpris qu'il n'a pas explosé au premier coup", a dit Musk lors du premier test du Raptor.

La fusée utiliserait 42 moteurs Raptor.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

"On pourrait perdre plusieurs moteurs au décollage ou pendant le vol, que cela n'empêcherait pas la mission de se poursuivre en toute sécurité", assure Musk.

Ensemble, les moteurs auraient une puissance quatre fois supérieur à celle qu'il a fallu à la navette de la NASA Saturn V qui a emmené les astronautes d'Apollo sur la lune.

Voici toutes les pièces que cela impliquerait :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Musk veut aller sur Mars surtout parce qu'il pense que la lune n'est pas l'environnement idéal pour une colonie humaine permanente.

"Je n'ai rien contre aller sur la lune", a-t-il souligné. Mais Elon Musk observe que la lune est beaucoup plus petite que Mars, n'a pas d'atmosphère, et "n'a pas autant de ressources."

Elon Musk n'aime pas non plus qu'une journée sur la lune équivaut à 28 jours sur la Terre, donc des nuits longues d'un mois — période pendant laquelle on ne peut pas générer d'énergie solaire.

Mais 'on ne peut pas aller sur Mars pour un montant infini d'argent'.

Si on avait tout le matériel nécessaire pour installer des gens sur Mars, cela coûterait "10 milliards de dollars, en étant optimiste", note Elon Musk. Dix milliards de dollars... par personne.
"On ne peut pas créer une ville auto-suffisante sur Mars pour le prix de 10 milliards de dollars par personne", a-t-il ajouté.

Il pense que quatre éléments pourraient réduire le coût d'un voyage sur Mars.

Elon Musk pense que pour réduire les coûts de l'ITS (et d'un billet pour Mars), il faut travailler sur quatre éléments :

Tout réutiliser — fusées, navettes, citernes
Ravitailler en orbite — pour envoyer un maximum de gens en une fois
Production de combustible sur Mars — pour réduire le poids et les coûts
Le bon combustible — les gens et le matériel doivent pouvoir générer du carburant pour leur retour sur Mars

A terme, un billet pour Mars pourrait ainsi être ramené à 100 000 dollars par personne.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Elon Musk espère parvenir à réduire le coût de 5 000 000% pour qu'un billet coûte autour de 200 000 dollars, soit le prix d'une maison.

"Ce n'est pas facile. Cela parait même impossible, mais je pense qu'il y a différentes façons de surmonter cela", a ajouté Elon Musk.

A mesure qu'il y aura plus de missions qui partiront pour Mars et de vaisseaux fabriqués, le coût pourrait être ramené à 100 000 dollars par personne. Elon Musk parle de 140 000 dollars par tonne.

Pour une personne, ses bagages, ses vivres, on pourrait arriver à un coût inférieur à 100 000 dollars.

Un voyage pour Mars avec l'ITS durerait environ 80 jours.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Mais Elon Musk dit que tout cela n'est qu'un début.

"A terme, je pense que le temps de trajet pour Mars pourrait être réduit à 30 jours", a-t-il dit. Et de souligner qu'on est bien loin des six mois ou plus souvent évoqués à ce sujet.

Elon Musk veut aussi que le voyage soit amusant.

Pendant le trajet, il veut aménager les compartiments de sorte à permettre aux passager de jouer à des jeux en apesanteur, à regarder des films et bien d'autres choses.

"Ce sera vraiment rigolo d'y aller", a assuré Elon Musk.

Le système de fusée utiliserait du méthane et de l'oxygène — des éléments chimiques que l'on peut générer sur Mars.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Cela permettrait aux Martiens de fabriquer leur carburant pour rentrer à la maison ou explorer d'autres régions du système solaire.

Il s'agirait d'extraire du gaz carbonique de l'atmosphère et de l'eau dans le sol, puis de les combiner avec de l'électricité tirée de l'énergie solaire ou nucléaire.

Il en sortirait du carburant à base de méthane et de l'oxygène pour le brûler, ainsi qu'alimenter les systèmes en air respirable.

"Nous pensons que le méthane est la meilleure solution à plein d'égards", a indiqué Elon Musk.

Des plantes pourraient pousser dans l'atmosphère de Mars.

L'atmosphère de Mars est 90 fois plus fine que celle de la Terre, mais elle a des composants similaires, notamment une majorité de dioxyde de carbone.

"Nous pourrons faire pousser des plantes sur Mars juste en comprimant l'atmosphère", a-t-il annoncé.

Elon Musk envisage d'effectuer les premiers voyages pour Mars sur un rythme annuel, voire plus fréquemment, et de commencer la colonisation en 2022.

Il a aussi indiqué que les premiers martiens doivent être 'préparés à mourir'.

"Je pense que le premier voyage pour Mars sera très dangereux. En gros, la question sera : 'êtes vous prêt(e) à mourir?'", a lâché Elon Musk.

Si oui : "d'accord, vous êtes un candidat au départ. La question n'est pas franchement de qui partira le premier.... Il s'agit plutôt de rendre possible la civilisation de Mars le plus rapidement possible."

Est-ce qu'Elon Musk irait, lui ? Il pense que ce n'est pas une bonne idée. "Je ne crois pas. Je ne suis pas sûr. Il faudrait que j'ai bien préparé ma succession parce que la probabilité de mourrir est très élevée", a expliqué Elon Musk.

Il a ajouté que s'il mourrait, sa plus grande crainte serait que "des investisseurs cherchent à maximiser les bénéfices de son entreprise et pas à aller sur Mars."

Voici le calendrier approximatif pour atteindre cet objectif avec SpaceX :

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Elon Musk assure qu'une colonie durable d'un million de personnes pourrait être établie dans 40 à 100 ans.

Cela nécessiterait une flotte de colonisation à la "Battlestar Galactica" avec environ 10 000 vols pour Mars avec 100 personnes à bord chacun.

"Mais 10 000 vols, ce sont beaucoup de vols. Et cela va prendre du temps de construire 1 000 navettes.", observe Musk.

Mais ce n'est pas le seul endroit que le système espère conquérir.

Elon Musk pense que l'équipement de l'ITS pourrait être utilisé dans tout le système solaire, une fois que l'installation sur Mars sera achevée.

"On pourrait aller n'importe où dans le système solaire en sautant de planète en planète ou de lune en lune. Le système [ITS - NDT] vous offre la liberté d'aller n'importe."

Les martiens pourraient produire leur carburant, remplir une citerne, l'envoyer en orbite, et inaugurer la première mission avec équipage pour Jupiter...

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

... se poser sur sa lune Europe, où il y a peut-être de la vie extraterrestre...

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

... puis commencer à explorer Saturne, ses lunes et ses probables océans.

SpaceX/YouTube

SpaceX/YouTube

Voici l'intégralité du discours d'Elon Musk à l'IAC en vidéo :

 

Version originale : Dave Mosher, Ali Sundermeier et Rafi Letzer / Business Insider

 

Lire aussi : Ces 5 innovations donnent un aperçu de la ville française du futur

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Voici les conditions climatiques les plus extrêmes de notre galaxie