Publicité

Emmanuel Macron attaque les 'démocraties illibérales' au Parlement européen: 'Je ne veux pas appartenir à une génération de somnambules'

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Emmanuel Macron attaque les 'démocraties illibérales' au Parlement européen: 'Je ne veux pas appartenir à une génération de somnambules'
© REUTERS/Vincent Kessler
Publicité

Emmanuel Macron s'est adressé ce mardi matin aux députés européens à Strasbourg. C'est la première fois que le président français se présentait devant le Parlement européen depuis son élection il y a un an et sa deuxième allocution dédiée à l'Europe, après la Sorbonne en septembre 2017.

A un an des prochaines élections européennes — qui marqueront aussi son bilan à mi-mandat — Emmanuel Macron a défendu sa vision d'une Europe forte et taclé celle de certains membres de l'Union européenne, qualifiés de "démocraties illibérales."

"J'appartiens à une génération qui est en train de s'offrir le luxe d'oublier ce que la précédente a vécu. (...) Je ne veux pas appartenir à une génération de somnambules qui a oublié son passé", a martelé le président de la République.

Critique à peine voilée des gouvernements actuels de Pologne et de Hongrie, Emmanuel Macron a affirmé que "face à l'autoritarisme, la réponse n'est pas une démocratie autoritaire mais l'autorité de la démocratie."

"La démocratie fait partie de notre identité, une démocratie respectueuse de l'individu, qu'on appelle la démocratie libérale", a-t-il déclaré, dénonçant — comme déjà lors de son interview dimanche sur BFM TV et Mediapart — les "démocraties illibérales."

Emmanuel Macron a aussi proposé un "programme européen pour soutenir financièrement les collectivités locales qui accueillent et intègrent des réfugiés." La Hongrie, porte d'entrée vers l'Europe sur la route des Balkans, a développé une politique anti-migrants dure dans sillage des arrivées massives de 2015.

"La vraie France est de retour", a déclaré Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, à l'issue du discours d'Emmanuel Macron.

Découvrir plus d'articles sur :