Emmanuel Macron à VivaTech 2018, le 24 mai 2018. YouTube/VivaTech

  • Le président français Emmanuel Macron a prononcé un discours très politique à la conférence VivaTech ce 24 mai 2018.
  • Il exige des GAFA de tenir compte du bien commun lorsqu'ils innovent et propose une "structure globale commune" pour régenter l'intelligence artificielle.
  • Emmanuel Macron a aussi suggéré que la France devienne "le pays où on construit, où on pense l'innovation durable et responsable".
  • Emmanuel Macron veut "faire que tous les acteurs de l’internet et des nouvelles technologies du monde entier auront avec nous inventé les règles dont ils auront aussi besoin."

Invité à s'exprimer devant le gotha de la tech réuni à la conférence VivaTech 2018, ce jeudi 24 mai à Paris, le président français Emmanuel Macron en a profité pour faire une proposition profondément politique aux GAFA: réfléchir au niveau international au cadre règlementaire de la tech, afin de s'assurer que l'innovation ne se fasse pas au détriment de l'intérêt général. 

"Gagner de l'argent, créer de l'emploi, satisfaire vos actionnaires, c'est super. Surtout créer de l'emploi, en ce qui me concerne. Maintenant, nous sommes tous dans le même bateau. Ce n'est pas possible d'avoir un écosystème tech qui vit comme s'il ne faisait pas partie d'un environnement. (...) Vous devez être — et merci pour les engagements que vous avez pris hier."

La veille, le président français avait reçu à l'Elysée une soixantaine de patrons, à l'occasion d'un sommet Tech for Good qu'il souhaite renouveler tous les ans.

"On va suivre toutes les initiatives que vous allez annoncer aujourd'hui et nous ferons un suivi tous les semestre sur les progrès faits. C'est une pression pour nous et pour vous. (...) Revenons ici dans un an et ayons chaque année un sommet Tech for Good et mettons la pression sur ceux qui ne font pas partie du club et agrandissons le club."

Mais Emmanuel Macron veut aller plus loin encore. Sur l'intelligence artificielle il a dit avoir évoqué avec Justin Trudeau, le premier ministre canadien, le projet de créer une sorte de "gouvernance commune sur l'intelligence artificielle pour l'humanité, "d'avoir une structure globale commune". 

Le président français précise qu'il ne s'agit "pas de réguler à ce stade mais de coordonner les régulations et créer une reflexion commune sur l'IA". 

Et pour le président français, la France aura un rôle tout particulier à jouer dans ce projet:

"Maintenant, tous ensemble, décidons de faire de ce pays la porte d'entrée vers la nouvelle régulation. Je veux faire de la France le pays où on construit, où on pense l'innovation durable et responsable. Avançons et progressons ensemble. (...) Ne lâchez rien. Je veux faire de notre pays, ce pays qui va en même temps penser le monde et faire que tous les acteurs de l'internet et des nouvelles technologies du monde entier auront avec nous inventé les règles dont ils auront aussi besoin."

Emmanuel Macron entouré du gotha de la tech à VivaTech 2018, le 24 mai 2018. YouTube/VivaTech

Les deux modèles actuels ne lui conviennent pas: 

"Vous avez un modèle américain. Le modèle américain n'est pas régulé. Il est décidé par des acteurs privés. C'était super au début et pour l'innovation. Mais ce modèle va avoir des problèmes parce que, désormais, c'est impossible pour les gouvernements d'expliquer aux citoyens comment il fonctionne. C'est impossible pour un gouvernement de dire qu'en terme de données personnelles, de harcèlement en ligne, de fiscalité, on n'est plus aux commandes. Tous ces sujets, c'est le travail du gouvernement. C'est notre responsabilité. Le modèle américain n'est pas durable car il n'y a pas de responsabilité politique."

"De l'autre côté, vous avez un modèle chinois, très efficace et sur-centralisé. Mais il n'a pas les mêmes valeurs que nous en terme de vie privée, de droits de l'homme, d'égalité. L'IA, la collecte de données, sont organisés par le gouvernement."

"Notre défi: créer un cadre règlementaire commun au niveau européen. C'est la condition pour avoir une innovation durable."

Emmanuel Macron a cité pour exemple le RGPD, le nouveau règlement européen sur les données personnelles qui entre en vigueur le 25 mai, pour expliquer sa vision: 

"Nous sommes en train de créer une souveraineté européenne pour les données personnelles. Et nous devons faire la même chose pour le cloud et pour l'IA. (...) Nous vous mettons dans une situation de savoir quelles sont les règles de jeu." 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Emmanuel Macron vient de distribuer ses bons points aux acteurs de la French Tech — voici qui a été salué par le président français

VIDEO: Cette ancien centre de vacances Nazi se transforme en station balnéaire de luxe