Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Des employés d'Amazon accepteraient des pots-de-vin de vendeurs en ligne pour supprimer des commentaires négatifs sur leurs produits

Des employés d'Amazon accepteraient des pots-de-vin de vendeurs en ligne pour supprimer des commentaires négatifs sur leurs produits
© AP Photo/Mark Schiefelbein
  • Certains vendeurs en ligne sur Amazon offriraient des pots-de-vin à des employés du géant du e-commerce pour qu'ils suppriment des commentaires négatifs ou récupèrent des informations confidentielles, rapporte le Wall Street Journal.
  • La pratique, qui semble commune en Chine notamment, aurait provoqué l'ouverture d'une enquête interne au sein de l'entreprise.

Pour les vendeurs en ligne d'Amazon, un commentaire négatif sur un produit peut être très dommageable pour leurs activités.

Pour supprimer ces mauvais commentaires, certains vendeurs offriraient des pots-de-vin à des employés d'Amazon pour obtenir les adresses email des personnes les ayant laissés ou pour littéralement les supprimer du site, rapporte le Wall Street Journal ce dimanche 16 septembre 2018.

Selon les sources du journal américain, cette pratique semblerait très commune notamment en Chine, où les propriétaires de petites entreprises payeraient des employés d'Amazon environ 300 dollars pour chaque commentaire négatif supprimé.

Ces services seraient supervisés par des intermédiaires qui utilisent l'appli de messagerie chinoise WeChat pour mettre en relation les vendeurs avec des employés d'Amazon.

Les vendeurs peuvent même contacter des intermédiaires pour obtenir des informations protégées concernant le volume des ventes et des données concernant les habitudes d'achat des clients en ligne afin de booster leurs ventes, ont dit les sources.

La politique d'Amazon interdit aux employés de divulguer ces informations et le géant du e-commerce aurait d'ailleurs lancé une enquête interne pour savoir quels sont les employés qui auraient violé les règles de l'entreprise.

Amazon n'a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires formulée par Business Insider US.

Version originale: Zoë Bernard/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :