Une enquête essaie de déterminer si Guess a empêché certains de ses consommateurs européens d'acheter les produits de la marque à l'étranger

Chez Guess. Facebook/Guess

La Commission européenne a officiellement ouvert une enquête sur les pratiques de distribution du groupe de mode américain Guess.

Selon le communiqué de la Commission européenne diffusé le 6 juin 2017, la société américaine est soupçonnée d'avoir limité les ventes transfrontalières au sein du marché unique, que ce soit en ligne, dans les boutiques ou chez les grossistes. 

Guess, qui fait partie des 100 marques préférées des millennials, aurait ainsi pu empêcher les consommateurs d'acheter des produits au-delà des frontières, ce qui constitue une pratique contraire à la législation en vigueur au sein du marché unique, garantissant la libre circulation des biens. 

Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence, a déclaré:

"La Commission dispose d'informations selon lesquelles Guess pourrait interdire les ventes transfrontières aux consommateurs dans ses accords de distribution. Nous entendons nous pencher de plus près sur les pratiques de Guess afin de nous assurer que l'entreprise respecte les règles du jeu et n'empêche pas les consommateurs d'acheter des produits au-delà des frontières."

Dans son communiqué, l'UE indique que les entreprises sont libres de mettre en place les accords de distribution qui "répondent le mieux à leurs besoins" du moment qu'ils soient conformes aux règles de concurrence de l'UE. 

Cette enquête concernant Guess est distincte des trois autres grosses enquêtes sur des pratiques anticoncurrentielles présumées dans le commerce électronique lancées par la Commission européenne en février dernier.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 33 marques qui valent le plus dans le monde de la tech en 2017

VIDEO: Donald Trump ne mange pas sainement et raffole de fast food — voici à quoi ressemble son régime alimentaire