Publicité

Entre visioconférences et crise sanitaire, peut-on encore rire au travail ?

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Entre visioconférences et crise sanitaire, peut-on encore rire au travail ?
Un fou rire sur le lieu de travail, une époque aujourd'hui révolue ? © Unsplash
Publicité

On dit souvent que le rire est le propre de l'homme. La morosité du contexte actuel ajoutée au télétravail souvent jugé déshumanisant peut être lourde à supporter. Selon un sondage Opinionway, 44% des salariés français étaient en détresse psychologique en avril 2020, un mois seulement après le début de la pandémie. Un fait confirmé par les témoignages d'employés et de managers en burnout, que Business Insider a recueillis en décembre dernier.

L'espace de travail étant devenu virtuel pour la plupart des entreprises, leurs collaborateurs ont dû s'habituer à communiquer à travers de nouveaux outils numériques. Les visioconférences sur Zoom ou Microsoft Teams et les messages privés sur Slack et Whatsapp ont peu à peu remplacé les fous rires autour de la machine à café, les pauses déjeuner animées, au grand dam de Serge Grudzinski.

À lire aussi — Comment empêcher vos pensées négatives de ruiner votre journée de travail

Ce consultant en humour au travail intervient régulièrement au sein de grandes entreprises françaises et internationales. Après avoir analysé les problèmes de relationnel dans une équipe, il organise des stand up auxquels tous les collaborateurs sont conviés et tourne ces tensions à la dérision pour désamorcer les conflits. Selon lui, l'échange de memes (montages humoristiques sur le web) sur Slack, de contenus loufoques trouvé sur le net, est particulièrement apprécié par les millenials.

Toutefois, ces interactions derrière l'écran ne permettent pas d'arriver à ce que le consultant nomme "le grand rire unanime". "Le rire devant un meme ou une caricature en ligne dure quelques secondes. Mais en réalité, vous êtes seul à vous poiler derrière votre écran", indique le diplômé de Stanford. "Alors que l'humour puissant, le fou rire qui vous marque a lieu dans la vraie vie. C'est en partageant un moment de complicité avec votre confrère, en observant ses mimiques et sa gestuelle que vous riez vraiment : avec de l'humain".

Le danger du rire écrit

Pour Serge Grudzinski, faire preuve d'humour à l'écrit, sur les plateformes de messagerie comme Slack, Whatsapp, Signal ou Telegram peut parfois s'avérer risqué. Ces plaisanteries sont reçues et lues par un destinataire sans que celui-ci ne puisse imaginer avec quelle intonation elles on été racontées, ni quel degré de sarcasme elles contiennent. Ce qui laisse donc la porte ouverte à de mauvaises interprétations. "L'humour écrit, c'est une catastrophe. Selon la façon dont la phrase est construite, elle peut blesser ou offenser son lecteur, même si ce n'est pas l'intention première de l'auteur", prévient le consultant. Selon lui, il convient de prendre ces boutades avec des pincettes dans un contexte professionnel et ne pas se risquer à tomber dans l'humour noir, l'humour gras ou l'ironie, dont certains employés pourraient se plaindre.

Laurent Lenourry, diagnostiqueur immobilier chez Dekra, travaille à distance au moins deux jours par semaine depuis le début de la pandémie. Le télétravail ne lui a pas fait perdre son sens de l'humour. Mais sur son groupe Whatsapp, il s'exprime avec beaucoup plus de retenue. "Nous sommes cinq dans notre équipe dont une seule femme. J'ai l'habitude d'avoir un humour gras avec mes collègues masculins, mais j'ai peur de faire ce genre de blagues devant ma consœur", confie-t-il. "Par écrit, tout est plus délicat. Parfois, certaines ponctuations peuvent être agressives", remarque Laurent. Si sa boîte venait à basculer la totalité de son activité en télétravail, ce Bordelais est persuadé qu'il n'oserait pas multiplier les petites blagues.

Pour Christophe Tricart, formateur spécialisé en humour au travail, les Français ont déjà fait preuve d'une adaptabilité "remarquable" depuis le début de la pandémie et pourraient très bien s'accommoder de ces nouveaux outils. "C'est plus difficile de faire de l'humour écrit bien sûr. Mais par écrit, on a le temps de se poser, réfléchir à la manière dont on va raconter notre boutade". Pour limiter la casse, le consultant conseille de rester bienveillant et faire preuve d'auto-dérision dans une conversation de groupe. Gardez votre humour noir ou caustique pour les collègues de travail en qui vous avez le plus confiance.

À lire aussi — Télétravail : ces cinq éléments autour de votre bureau peuvent favoriser le stress

Privilégier les visioconférences

David Doukhan, maquettiste pour l'agence de presse ETX Studio, roi de la petite blague qui fait mouche et expert en reparties bien senties, pense que les plaisanteries écrites, plus concises et percutantes, se révèlent parfois plus intéressantes. Elles lui donnent également la possibilité d'utiliser des emojis et des GIF, qui permettent, selon lui, de réagir à une boutade avec plus d'originalité. "Quand on envoie un message privé à un collègue, on manie l'humour avec plus de liberté. Au bureau, on a tendance à se censurer, de peur qu'on nous entende nous moquer". Si David aime jouer de la vanne, celui-ci prend soin de ne pas rire de n'importe quoi avec n'importe qui. "L'intime est aussi vecteur de complicité au travail", insiste-t-il.

Pour dérider les zygomatiques, mieux vaut donc prendre des pincettes... surtout quand on est manager. "Vous prenez le risque de vous décrédibiliser et mettre votre équipe mal à l'aise", assure Damien Bayle, responsable commercial chez ElQano. Ancien coach de dirigeants, Damien participe au lancement de cette startup spécialisée dans l'intelligence artificielle depuis son appartement parisien. Pour communiquer avec son équipe de 9 personnes, il utilise la messagerie instantanée et les visioconférences de Microsoft Teams.

Lui aussi préfère éviter l'humour écrit, parfois "assez casse gueule et très difficile à rattraper". S'il veut faire sourire ses collaborateurs, il privilégie plutôt les appels en visio.
"Au moins votre équipe a un aperçu de votre body language et de vos expressions", avance le manager. Afin de mettre à l'aise son auditoire, Damien commence ses réunions à distance par dix minutes de conversation informelle, pendant lesquelles ses employés parlent de leur journée et de leur week-end, pour "briser la glace". "Certains n'osent pas se lancer. Pourtant, c'est en ces temps difficiles que nous avons le plus besoin de rire. En tant que manager, nous devons faire preuve d'une grande dose d'empathie et d'humour pour aborder des sujets délicats et gérer nos relations interpersonnelles". Et ça, ce n'est pas une blague.

À lire aussi — Comment stimuler votre créativité grâce à une méthode utilisée par Steve Jobs et Albert Einstein

Découvrir plus d'articles sur :