Le président d'Alphabet, la maison-mère de Google, Eric Schmidt lors de la Milken Institute Global Conference à Beverly Hills, 1er mai 2017. REUTERS/Mike Blake

Eric Schmidt, le président exécutif d'Alphabet qui a supervisé la montée en puissance de Google en tant que géant de l'internet, quitte ses fonctions.

La maison-mère de Google, Alphabet, a annoncé jeudi la démission d'Eric Schmidt dans un communiqué, précisant qu'elle sera effective en janvier.

"C'est le bon moment dans l'évolution d'Alphabet pour cette transition", déclare Eric Schmidt dans un communiqué.

Eric Schmidt conservera ensuite un rôle de conseil du groupe sur les questions scientifiques et techniques et reste membre du conseil d'administration. Alphabet le remplacera par un président non-exécutif.

Eric Schmidt avait été recruté chez Google par ses fondateurs Larry Page et Sergey Brin, leur offrir la "supervision d'un adulte". Il a été directeur général de Google de 2001 à 2011.

Eric Schmidt a ainsi organisé l'introduction en Bourse de Google en 2004, suivi l'entrée de Google dans l'ère du mobile avec le développement du système d'exploitation Android. Enfin, il a aussi supervisé la grande restructuration du groupe en 2015 qui a fait de Google une filiale de la holding de tête du groupe, Alphabet.

Eric Schmidt est ensuite devenu président du conseil d'administration. Il voyageait beaucoup pour faire la promotion du groupe, négocier avec les gouvernements sur les questions de réglementation et faire des conférences sur la situation du secteur technologique.

Aujourd'hui, Alphabet affiche une capitalisation boursière de 741 milliards de dollars (625 milliards d'euros) et, selon les estimations des analystes, son chiffre d'affaires devrait dépasser cette année les 100 milliards de dollars.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Snapchat paye 890.000$ pour assurer la sécurité de son patron — voici ce que dépensent les autres géants de la tech

La startup qui vient de séduire des investisseurs de la Silicon Valley a fait une erreur au début que beaucoup d'entrepreneurs français commettent