Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Est-ce le moment d'investir en Bourse après le krach provoqué par la pandémie de coronavirus ?


© Getty Images

Les marchés finissent toujours par remonter. Et après un effondrement des cours, comme celui observé la semaine dernière et qui se poursuivait encore lundi 16 mars, l'occasion semble trop belle pour réaliser de bonnes affaires. Les actions se négocient à des prix très bas. Le titre BNP Paribas, par exemple, vaut 26,60 euros à 14h10 ce mardi 17 mars, contre 54,18 euros il y a un mois. Autrement dit, l'action a perdu plus de 50% de sa valeur. Le secteur bancaire est particulièrement pénalisé par la pandémie de coronavirus et les craintes sur ses conséquences économiques et financières.

Le CAC 40, l'indice phare de la Bourse de Paris, a de son côté dévissé de près de 37% en un mois avant la séance de mardi. Toutefois, investir maintenant en Bourse reste très risqué. "Considérer qu'une baisse de 40% c'est déjà beaucoup et que ça ne pourra plus baisser est une erreur. Le marché peut encore baisser de 20%", prévient Alexandre Baradez, chief market analyst chez le courtier IG. "Entre 2007 et 2009, lors de la crise financière, le CAC 40 a subi une chute de 60% et le marché a connu une baisse de 65% lors de l'éclatement de la bulle internet, avec à chaque fois des récessions économiques", rappelle-t-il.

Les secteurs qui ont le plus chuté susceptibles d'offrir les plus belles plus-values

La dégringolade des cours est particulièrement vertigineuse avec la tempête du Covid-19. "C'est d'une brutalité jamais vue. On va passer en quelques mois d'un scénario correcte de croissance à une récession", souligne l'analyste financier. Les marchés chutent très vite, plus vite que lors des précédentes crises. Et la volatilité flirte avec les niveaux observés pendant la crise des subprimes. "Mais il n'y a pas le risque que le système financier s'effondre comme en 2008", note Alexandre Baradez.

La période, très troublée, semble délicate pour passer à l'achat sur des actions. Toutefois, une petite partie de ses économies peut commencer à être investie, en ayant bien à l'esprit que les marchés peuvent encore chuter et qu'ils risquent ensuite de mettre au moins plusieurs mois avant de remonter la pente. "À -40%, c'est une bonne base pour construire un portefeuille à moyen terme", estime Alexandre Baradez. Les secteurs qui ont le plus souffert et ont le plus baissé, comme les secteurs bancaire et pétrolier, pourraient permettre de générer les plus belles plus-values dans les mois et années à venir.

Manque de visibilité sur l'issue de la crise

Reste à bien diversifier son portefeuille, conseille l'analyste financier, car des entreprises pourraient éprouver de grandes difficultés à se remettre de la crise actuelle, certaines risquant jusqu'à la faillite. C'est pourquoi, il apparaît judicieux de souscrire à plusieurs actions d'un même secteur et à des ETF (ou trackers) permettant d'investir dans un panier de valeurs et de dépendre de la performance boursière de l'ensemble d'un secteur et non seulement d'une action en particulier.

Pour une approche plus prudente, il est même préférable d'attendre encore avant d'investir en Bourse. Des mesures de confinement ont été prises pour tenter d'endiguer l'épidémie. "Si elles ne sont pas prises aujourd'hui, elles seront plus drastiques demain. Et les marchés attendent cela", assure Frédéric Rollin, conseiller en investissement pour la société de gestion Pictet Asset Management. Les Etats-Unis n'ont par exemple pas encore pris des mesures aussi fortes que la France ou l'Italie en matière de confinement, ce qui pourrait prolonger encore la chute des cours outre-Atlantique.

À lire aussi — Coronavirus : et si la Bourse de Paris fermait pour stopper la dégringolade des cours ?

"C'est surtout l'incertitude qui fait baisser les marchés, pas tant la baisse de la croissance économique. Au niveau sanitaire, il n'y a pas suffisamment de données aujourd'hui pour revenir sur les marchés", estime Frédéric Rollin. Tant que la visibilité ne s'améliore pas sur l'évolution de l'épidémie, l'incertitude restera élevée et les cours risquent de continuer de baisser. "Les économistes vont commencer à calculer les impacts et déterminer si c'est le moment d'acheter quand il y aura une meilleure visibilité grâce à des mesures de quarantaine", selon le conseiller en investissement. Une levée de l'incertitude pourrait alors entraîner "un rallye haussier sur les marchés".

Découvrir plus d'articles sur :