Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'Etat lance un plan de privatisation — et voici ce qu'il compte faire avec l'argent

L'Etat lance un plan de privatisation — et voici ce qu'il compte faire avec l'argent
© YouTube
  • En privatisant ADP, FDJ et Engie, l'Etat va faire rentrer plusieurs milliards d'euros de cash.
  • Une partie viendra abonder le fonds pour l'innovation de rupture, créé le 15 janvier dernier et doté de 10 milliards d'euros.
  • Une autre partie sera affecté au désendettement de l'Etat.

Les mesures permettant à l'Etat de vendre ses participations dans ADP, FDJ et Engie seront incluses dans la loi Pacte, qui sera présentée lundi 18 juin en conseil des ministres.

Mais il faudra attendre encore plusieurs mois pour connaître le montant des cessions envisagées.

L'Etat va-t-il vendre tout ou une partie de ses actifs? "Toutes ces décisions viendront le moment venu, une fois le texte adopté par le Parlement, fin 2018 ou début 2019", a expliqué Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie dans un entretien aux Echos. "Nous déciderons le moment venu, mais tout dépendra aussi des conditions de marché", a-t-il ajouté.

Il n'y a donc pas pour l'instant de montant précis. Ce que l'on sait c'est que les parts de l'Etat dans les trois entreprises concernées sont estimées à 15 milliards d'euros. Ce que l'on sait également c'est que l'Etat a besoin d'argent. Avec le produit des cessions, Bercy envisage d'une part d'abonder le fonds pour l'innovation, d'autre part de réduire la dette de la France.

"La dette est un poison lent qui pèse sur les générations futures et un poison d'autant plus redoutable que les taux d'intérêt remonteront un jour ou l'autre et alourdiront la charge de la dette. Nous voulons donc que ces cessions de participations permettent aussi d'accélérer le désendettement de l'Etat", a encore précisé Bruno Le Maire aux Echos.

Pour ce qui est du fonds pour l'innovation, le processus est déjà acté. Mis en place le 15 janvier dernier, il est constitué d'1,6 milliards d’euros issus des cessions d’actifs d'Engie et Renault, déjà effectuées au second semestre 2017, et de 8,4 milliards d’euros d'actions d'EDF et Thales appartenant à l'Etat.

Toutefois, dès la dotation initiale de ce fonds, il a été prévu que le produit des cessions futures de l'Etat remplace au fur et à mesure, les actions EDF et Thales qui dès lors reviendront directement dans le portefeuille de l'Etat.

A noter que les 10 milliards d'euros de ce fonds, hébergé par Bpifrance, n'ont pas vocation à être consommés, mais doivent générer un revenu annuel estimé en 200 et 300 millions d'euros, affectés au financement d'innovations.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :