Publicité

Ether, litecoin, elrond... ces cryptomonnaies alternatives au bitcoin

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Ether, litecoin, elrond... ces cryptomonnaies alternatives au bitcoin
La blockchain Ethereum est l'une des plus prometteuses. © vjkombajn/Pixabay
Publicité

Le bitcoin connaît une ascension fulgurante depuis octobre 2020 et la décision de Paypal d'ouvrir ses services de paiement aux cryptomonnaies. Les multiples annonces faites depuis par de grands acteurs issus du monde de la finance et d'ailleurs, à l'image des 1,5 milliard de dollars investis en bitcoins par Tesla, n'ont fait que soutenir le cours de la monnaie numérique pour la propulser vers de nouveaux sommets, au-delà des 50 000 dollars l'unité. Mais il n'y a pas que le bitcoin. D'autres cryptomonnaies connaissent aussi une très forte progression ces derniers mois.

L'ether, utilisé sur la blockchain Ethereum, a par exemple pris plus de 140% depuis le début de l'année 2021, au 9 mars, et le Dot de la blockchain Polkadot près de 290%. Dans le même temps, le bitcoin a vu sa valeur progresser de près de 78%. Certains actifs numériques apparaissent donc autant si ce n'est plus rémunérateur que le bitcoin. Mais les cryptomonnaies sont des actifs extrêmement volatiles et les performances passées ne garantissent pas de futurs rendements. Avant de se lancer, tout nouvel investisseur doit commencer par s'informer pour comprendre dans quoi il place son argent.

>> Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d’achat de vente en ligne Coinhouse

Le bitcoin et les autres, conçues pour faire fonctionner des blockchains

"Le bitcoin a été créé pour concurrencer les monnaies traditionnelles. Il sert de réserve de valeur et peut évoluer vers les moyens de paiement en recourant à des technologies comme le lightning network (qui doit permettre des transactions plus rapides, ndlr)", explique Jonathan Herscovici, fondateur de StackinSat, un service agréé par l'Autorité des marchés financiers (AMF) commercialisant des plans épargne bitcoin. Selon lui, toutes les autres cryptomonnaies ont pour objectif "de créer des services sur des blockchains" et ne sont "pas penser comme un système monétaire et de paiement" à part entière.

Autrement dit, les autres monnaies numériques existent uniquement pour permettre des transactions au sein des blockchains créées, l'ether servant par exemple à valider les opérations effectuées sur la blockchain Ethereum. Les blockchains, comme Bitcoin, sur laquelle s'échangent des bitcoins, ou Ethereum s'apparentent à des chaînes de blocs permettant de réaliser des transactions à la fois très sécurisées et décentralisées, se passant de l'intervention d'un tiers, telle une banque.

À lire aussi — Comment les oeuvres crypto pourraient bouleverser le marché de l'art traditionnel

Acheter telle ou telle cryptomonnaie revient en fait à parier sur telle ou telle technologie de blockchain, chacune ayant ses spécificités, souvent très techniques. Bitcoin mis à part, beaucoup de cryptomonnaies et les blockchains sur lesquelles elles reposent peuvent être comparées à des biotech, estime Jonathan Herscovici : elles ne produisent encore rien de concret pour l'instant mais sont prometteuses et pourraient être très utiles dans le futur. Comme une biotech en phase de recherche sur un vaccin, investir dedans est un pari sur l'avenir, sans garantie que le produit fonctionne et soit efficace in fine.

Des NFT pour des offres et services ciblés

Il existe différents types de projets autour de la blockchain. Comme l'illustre aujourd'hui la profusion des NFT, ces tokens (ou jetons numériques) "non fongibles" — qui ne sont pas interchangeables comme des bitcoins — une multitude de projets émergent sur la blockchain pour proposer de nouvelles offres. Par exemple, le projet Socios permet à des clubs de football de renforcer l'engagement de leurs fans via des tokens. Le Paris Saint-Germain émet ainsi des jetons via l'application Socios que ses supporteurs peuvent acquérir pour obtenir des droits de vote dans le cadre de certaines décisions du club, comme l'apparence du bus de l'équipe ou le message qui figurera à l'intérieur du brassard du capitaine.

Tout le monde peut acheter la cryptomonnaie de Socios, le Chiliz, dont la capitalisation atteint aujourd'hui plus de 4,8 milliards de dollars ( 4 milliards d'euros environ), selon le site de référence dans l'univers crypto CoinMarketCap.

Socios, comme d'autres applications concrètes, s'appuie sur une blockchain préexistante, servant en quelque sorte d'infrastructure logistique. Il s'agit en l'occurence d'Ethereum, très utilisé comme base technique. Le groupe de rock King of Leons a par exemple récemment décidé de vendre son dernier album sous la forme de NFT, avec des bonus comme des places de concert compris dans les jetons émis sur la blockchain Ethereum.

Des crypto par milliers, jusqu'aux projets de finance décentralisée

Il faut bien distinguer ce type de tokens des cryptomonnaies qui peuvent fonctionner de manière indépendantes, dans la mesure où elles disposent de leur propre blockchain. Parmi les cryptomonnaies "classiques", qui ne sont pas des NFT, outre le bitcoin et l'ether, on peut aussi citer le litecoin. "Il fait partie des très gros, qui a une perspective historique, ce qui donne de la confiance et renforce la valeur de cette blockchain", estime Owen Simonin, un entrepreneur dans l'univers crypto plus connu sous le surnom de Hasheur sur YouTube.

Le Ripple, créé en 2012, fait aussi partie des premières cryptomonnaies, mais il traverse une zone de turbulences dans la mesure où la société à l'origine de cette monnaie numérique est actuellement poursuivie en justice par la SEC, le gendarme américain des marchés financiers.

À lire aussi — Coinbase pointe 7 risques qui pèsent sur son avenir et celui des cryptomonnaies

"Les cryptomonnaies les plus prometteuses sont celles qui ont les meilleurs fondamentaux, permettant de régler des problèmes qu'on ne pouvait pas régler auparavant" avance Owen Simonin. La blockchain Elrond semble faire partie des projets les plus aboutis sur le plan technologique, pour notamment accroître le nombre de transactions par seconde tout en utilisant moins d'énergie électrique que le bitcoin, très énergivore et qui permet d'effectuer seulement quelques transactions par seconde.

On peut encore évoquer d'autres blockchains, comme Polkadot, qui affiche aujourd'hui l'une des plus importantes capitalisations de l'écosystème, ou Avalanche et Cardano. "Il y a tellement de jeunes projets, tout bouge si vite, que dans trois mois, le paysage crypto aura changé", prévient Owen Simonin. Il existe aujourd'hui des cryptomonnaies par milliers. Mais leurs cours restent dans l'ensemble très corrélés à celui du bitcoin, rappelle Hasheur.

On pourrait enfin parler des projets de finance décentralisée, les "DeFi", qui eux aussi émettent des jetons. Parmi eux, on retrouve par exemple Chainlink, Uniswap ou encore Aave, qui permet des prêts entre particuliers sans passer par une banque. Des projets là encore nombreux, souvent en cours d'expérimentation.

À lire aussi — Pourquoi et comment investir son argent dans le bitcoin et les cryptomonnaies

Découvrir plus d'articles sur :