Vente aux enchères de viande à Smithfield market, Londres, le 24 décembre 2016. REUTERS/Toby Melville

Vous faites peut-être partie des gens qui pensent que plus on donne de raisons à des investisseurs de croire à un projet, plus facilement il sera financé. Qui pensent que d'annoncer que votre innovation est un projet novateur, en plus d'être utile, va augmenter le taux de réussite de votre campagne Kickstarter. 

Ce serait en réalité commettre une erreur importante, affirment des économistes qui ont analysé 50.380 campagnes Kickstarter menées d'avril 2009 à février 2017, avec des outils de machine learning.

"Revendiquer à la fois la nouveauté et l'utilité nuit aux campagnes de crowdfunding", ont constaté Anirban Mukherjee de la Singapore Management University, Cathy Yang de HEC Paris, Ping Xiao de University of Technology Sydney et Amitava Chattopadhyay, de l'INSEAD.

En revanche, miser sur l'un ou l'autre des termes peut doper votre taux de réussite.

Si vous utilisez l'idée de nouveauté dans votre présentation sur Kickstarter, la probabilité que votre projet soit financée bondit de 200% par rapport à l'absence de mention de nouveauté. Cette probabilité de réussir sa campagne de financement grimpe de 1200% si vous utilisez une fois la notion d'utilité, plutôt que pas du tout. "L'utilité semble avoir un plus gros impact", résume Amitava Chattopadhyay, professeur de marketing à l'INSEAD.

Mais encore une fois: n'utilisez pas les deux notions en même temps. 

Amitava Chattopadhyay détaille dans une note

"Nos données montrent que les revendications de nouveauté ou d'utilité, faites séparément, augmentent le montant total promis. Ils ont même un effet initial très important, c'est-à-dire qu'une affirmation d'utilité (ou nouveauté) a considérablement boosté le montant total des fonds dédiés à la campage (comparé à des projets où il n'y a mention ni de l'un ni de l'autre). Cependant, il est important de choisir l'un ou l'autre, pas de les combiner."

Combinés, ils suscitent la méfiance, ont observé les universitaires. Ils pensent que les internautes se méfient de projets qui vont dans la surenchère linguistique — car "un projet novateur et utile est trop beau pour être vrai" — ou que cela fait paraitre un projet comme trop risqué. Enfin, il y aurait un effet de polarisation sur des projets novateurs et utiles qui, comme le téléphone portable et le micro-ondes, ont mis du temps avant d'être acceptés massivement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le cofondateur de KissKissBankBank donne son meilleur conseil pour réussir une campagne de financement participatif

VIDEO: Voici à quoi ressemblaient les fruits et légumes avant qu'on les domestique