Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Europe, la lune glacée de Jupiter, représente 'l'une des meilleurs chances' de trouver de la vie dans notre Système solaire

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Europe, la lune glacée de Jupiter, représente 'l'une des meilleurs chances' de trouver de la vie dans notre Système solaire
Une image de la surface de la lune de glace de Jupiter, Europe. © NASA/JPL-Caltech/SETI Institute

La NASA compte envoyer sa mission Clipper sur la lune glacée de Jupiter Europe dans quelques années (vers 2025) afin de savoir si elle réunit les conditions propices à l'existence de formes de vie extraterrestre. Notamment parce qu'elle abrite un océan prisonnier d'une large banquise glacée qui recouvre sa surface. Une étude de chercheurs en sciences planétaires de la Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, présentée lors de la Goldschmidt Conference 2020, affirme que cet océan devrait être capable de maintenir la vie et qu'Europe pourrait bel et bien être l'endroit où l'on aurait le plus de chances de trouver des formes de vie dans le Système solaire.

Cette étude, qui n'a pas encore été évaluée par les pairs, permet de faire avancer la recherche sur la lune glacée Europe et sa potentielle habitabilité. La notion d'habitabilité est assez large : "cela veut tout simplement dire que cette planète pourrait avoir la température adéquate qui permet l'existence d'eau liquide", avait expliqué Jean Schneider, astronome de l'Observatoire de Paris et spécialiste des exoplanètes à Business Insider France. L'eau liquide étant considérée comme un élément indispensable aux formes de vie que nous connaissons aujourd'hui, car elle facilite le développement d'activités biochimiques.

De précédentes études avaient déjà suggéré qu'Europe pourrait potentiellement abriter des formes de vie. Des chercheurs avaient par exemple détecté des panaches d'eau pouvant jaillir de l'océan souterrain, en se basant sur d'anciennes données de la sonde Galileo. "Europe constitue l'une de nos meilleures chances de trouver de la vie dans notre Système solaire. La mission Europa Clipper de la NASA sera lancée dans les prochaines années, et notre travail vise donc à préparer la mission, qui étudiera l'habitabilité d'Europe", a déclaré Melwani Daswani, l'un des auteurs de l'étude récemment présentée, rapporte Science Alert.

Un océan qui pourrait être semblable à ceux sur Terre

Les chercheurs ont modélisé la composition et les propriétés physiques du noyau, de la couche de silicate et de l'océan d'Europe pour savoir d'où aurait pu, initialement, provenir l'eau. Selon leurs conclusions, elle proviendrait des minéraux contenant de l'eau qui ont été décomposés par la chaleur provoquée par la désintégration radioactive, ou des interactions des marées avec Jupiter, voire une combinaison des deux.

La composition de cet océan souterrain ressemblerait plus à celle des océans sur Terre que les scientifiques ne l'avaient imaginé au départ. Il pourrait ainsi "être tout à fait habitable pour la vie" : "on pensait en effet que cet océan pouvait être plutôt sulfurique, mais nos simulations, couplées aux données du télescope spatial Hubble, montrant la présence de chlorure à la surface d'Europe, suggèrent que l'eau est très probablement devenue riche en chlorure", a indiqué le chercheur du JPL.

Mais il reste encore d'autres éléments à déterminer concernant Europe, ainsi que les océans d'autres lunes, comme Ganymède, une autre lune de Jupiter, ou encore Titan, la lune de Saturne. "Nos modèles nous amènent à penser que les océans d'autres lunes, telles que la voisine d'Europe, Ganymède, et la lune de Saturne, Titan, pourraient également s'être formés par des processus similaires. Nous devons cependant encore comprendre plusieurs points, comme la façon dont les fluides migrent à travers l'intérieur rocheux d'Europe", a conclu Melwani Daswani.

A lire aussi — Il existe des exoplanètes vraiment inhospitalières avec des pluies de titane et des nuages d'oxyde d'aluminium

Découvrir plus d'articles sur :