L'Europe accorde un prêt de 500 M€ à Nokia pour lui éviter d'être distancé par Huawei dans l'installation du réseau mobile du futur

Usine Nokia de Oulu en Finlande. Nokia

Nokia a signé aujourd'hui un prêt de 500 millions d'euros octroyé par la Banque européenne d'investissement (BEI), soutenue par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI), élément clé du plan d'investissement pour l'Europe, également connu sous le nom de plan Juncker.

Le groupe finlandais d'équipements de réseaux "utilisera ce prêt pour accélérer la recherche et le développement de la technologie 5G, la norme de télécommunication mobile de nouvelle génération", a indiqué Nokia dans un communiqué.

Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l’investissement et de la compétitivité, a déclaré:

"Pour que l'Europe puisse tirer parti des nouvelles technologies, il faut des investissements soutenus. C'est pourquoi le Plan d'investissement pour l'Europe joue un rôle crucial. Je suis ravi que, avec l'accord d'aujourd'hui, le Plan contribue aux activités de recherche et développement de Nokia dans plusieurs pays européens pour faire progresser le développement de la technologie 5G."

Les entreprises du secteur des réseaux telecoms — dominé par le chinois Huawei et les deux groupes nordiques Nokia et Ericsson — sont confrontées à des difficultés de croissance depuis que la demande d'équipements mobiles 4G a atteint un pic en 2015.

Elles cherchent donc de nouveaux relais via la 5G. Les réseaux mobiles 5G, tout juste en cours de déploiement, proposeront des débits jusqu'à 50 ou 100 fois plus rapides que la norme 4G. Ils constitueront une infrastructure de premier plan pour de nombreux secteurs comme les véhicules autonomes.

"Nous devons comprendre que la Chine et les Etats-Unis avancent rapidement sur la 5G. Il est très important que des entreprises européennes participent à cette compétition", a confié Alexander Stubb, le vice-président de la BEI, au quotidien finlandais Helsingin Sanomat.

Nokia en pointe

Recherche sur la 5G dans l'usine Nokia de Oulu en Finlande. Nokia

Nokia n'est pas en reste. La semaine dernière, le groupe finlandais a rappelé "qu'un certain nombre de normes 5G, qui doivent être finalisées en 2018, seront basées sur ses innovations et ses travaux" et chiffre à environ 3 euros par appareil, les recettes futures liées à l'utilisation de ses brevets sur les prochains smartphones qui intègreront la technologie 5G.

Le mois dernier, Nokia a par ailleurs annoncé un contrat pluriannuel de 3,5 milliards de dollars avec l'opérateur de téléphonie mobile américain T-Mobile, actuellement le contrat le plus important sur la 5G au monde.

D'après Alexander Stubb, "le prêt accordé à Nokia augmentera la recherche et le développement de produits, en particulier en France, en Finlande, en Allemagne et en Pologne et, dans une moindre mesure, dans de nombreux autres pays européens".

D'ici 2025, 1,2 milliard de personnes dans le monde devraient avoir accès aux réseaux 5G, dont un tiers en Chine, selon la fédération GSMA des opérateurs et des constructeurs télécoms.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le réseau mobile du futur est attendu d'ici 2 ans en France — voici les premiers secteurs qui pourraient en profiter

VIDEO: Ces croissants aux couleurs de l'arc-en-ciel font un carton à Londres — un hôtel 5 étoiles s'est même mis à en vendre