Le jour de l'attaque raciste de Charlottesville est le jour où la tech a arrêté de faire croire qu'elle était neutre

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. REUTERS/Jose Miguel Gomez

Les géants de la tech ont passé un cap. 

Le week-end dernier, des militants suprémacistes blancs ont défilé dans les rues de Charlottesville, tandis qu'un homme a foncé avec sa voiture dans la foule de contre-manifestants anti-racistes, tuant une femme et blessant des dizaines de personnes.

Plusieurs entreprises ont pris publiquement des décisions à l'encontre des membres de ces mouvements néonazis, à la suite des événements de Charlottesville: 

  • Airbnb a supprimé plusieurs comptes appartenant à des néonazis.
  • Le fournisseur de nom de domaine GoDaddy a demandé à un site suprémaciste d'aller voir ailleurs, suivi de Google qui a refusé de l'héberger.
  • Reddit a supprimé une sous-rubrique dans laquelle des suprémacistes blancs s'échangeaient des messages racistes ainsi que des appels à la haine et au crime.
  • Facebook a, de son côté, supprimé une demi-douzaine de groupes néonazis, dont celui où les participants préparaient leur arrivée à Charlottesville.
  • WordPress a banni un site d'un groupe fasciste qui aurait des liens avec l'auteur présumé de l'attaque de Charlottesville, qui a tué une personne et blessé des dizaines.
  • PayPal a annoncé ne plus tolérer les paiements ou les levées de fonds qui seront utilisés pour "promouvoir la haine, la violence et l'intolérance raciale",
  • Apple Pay abandonne les sites qui vendent des objets liés aux suprémacistes blancs et néo-nazis. 

En l'espace de quelques jours, les plus grosses entreprises de la tech ont effectué un revirement notable. Pour la première fois, il n'est plus possible pour elles de "rester neutre" et de mobiliser la notion de liberté d'expression pour justifier l'existence de groupuscules aux idéologies nauséabondes.

Les entreprises concernées ont également conscience de l'aura positive que de telles positions publiques leur confèrent. Ne pas prendre de disposition peut être mauvais pour les affaires  il suffit de voir le sort réservé sur les réseaux sociaux à Cloudflare, qui a pris la décision de ne pas condamner le site suprémaciste qui a publié un texte insultant et diffamant à propos de la manifestante anti-raciste tuée. 

Jusqu'ici le secteur invoquait une neutralité technologique, définie par Noam Chomsky de la manière suivante: 

"La technologie est neutre. C'est comme un marteau. Il ne se soucie pas de savoir si vous l'utilisez pour construire une maison ou si on tortionnaire fracasse le crâne de quelqu'un avec".

http://noam-chomsky.tumblr.com/post/19444158384/technology-is-basically-neutral-its-kind-of-like

Une façon de dire que la "tech n'est pas mauvaise, ce sont les gens qui l'utilisent qui le sont" — une logique qui rappelle celle employée par les défenseurs des armes à feu aux Etats-Unis, en assurant que "les armes ne tuent pas les gens, ce sont les gens qui le font".

Peu à peu, les géants d'internet commencent donc à accepter qu'ils ont un rôle à jouer dans la société, qui va au-delà de la mise à disposition brute des outils de communication.

Facebook et Twitter multiplient les initiatives en faveur de plus de modération et de contrôle des commentaires postés en ligne, tandis que Google a entendu les critiques de son algorithme qui a tendance à mettre en avant des informations volontairement mensongères.

L'arrivée au pouvoir de Donald Trump, qui a refusé de condamner les suprémacistes américains, semble avoir joué un rôle de catalyseur. A plusieurs reprises, les responsables du secteur ont été poussés à choisir un côté.

Dès cet hiver, Travis Kalanick, à l'époque DG de Uber, a quitté le conseil économique du président des Etats-Unis après qu'il a fait passer un décret anti-immigration très critiqué. Et lorsque Donald Trump a laissé entendre que les Etats-Unis pourraient quitter les accords de Paris sur le climat, les patrons de la tech ont quasiment tous fait part de leur opposition.

Le temps de la neutralité serait donc révolu.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le rassemblement raciste de Charlottesville continue d’ébranler la tech — Facebook, Reddit et Microsoft rallient la fronde ouverte par Airbnb

VIDEO: Ce bras robotique ultrasensible est peut-être votre prochain collègue — il peut appréhender la moindre collision