Travis Kalanick raconte qu'il va faire comme Steve Jobs et revenir en tant que DG d'Uber

Travis Kalanick, l'ancien DG d'Uber. Robert Schlesinger/DPA/PA Images

La quête d'un nouveau patron pour Uber est ponctuée de rebondissements dignes de Machiavel.

L'ancien DG de l'entreprise, Travis Kalanick, a peut-être quitté ses fonctions mais aspire à un retour glorieux, selon un article de Recode.

Kalanick a apparemment dit à plusieurs personnes de l'entreprise qu'il ferait comme Steve Jobs, une référence au co-fondateur d'Apple qui avait été licencié de l'entreprise mais y est revenu plus tard et l'a transformé en l'entreprise la plus cotée au monde. 

Kalanick n'avait pas été licencié, mais il a démissionné le mois dernier après des mois de problèmes attribués principalement à la mauvaise culture d'entreprise. La crise avait explosé en février, quand une ancienne employé avait écrit une note de blog décrivant le harcèlement persistant et le sexisme au sein de l'entreprise. Il y a ensuite eu la diffusion d'une vidéo de Kalanick en train de crier sur un chauffeur Uber; un cadre Uber a aussi été licencié après qu'il se soit apparemment procuré les dossiers médicaux d'une victime qui avait été violée par un chauffeur Uber en Inde; de plus, l'entreprise a utilisé des logiciels secrets pour éviter la règlementation urbaine. 

Actuellement, l'entreprise cherche son nouveau leader, et Kalanick serait vraisemblablement en train d'essayer de se chercher une issue qui lui soit favorable.

Uber est encore en train d'examiner les candidatures pour son poste de directeur général, et quiconque prendra le poste, le fera en sachant que Kalanick reste au conseil d'administration. Selon Recode, Kalanick est un des facteurs qui pourrait rebuter quiconque voudrait accepter le poste. 

Recode a parlé avec trois personnes qui disent avoir été contactées pour le poste de DG et elle ont toutes apparemment cité Travis comme l'un des problèmes continuel d'Uber. "Oui, il est brillant et tellement important, mais qui veut avoir affaire à Travis?", affirme l'un d'eux. 

Selon l'article, Kalanick est revenu à Uber après une courte pause pour prendre part aux opérations quotidiennes de l'entreprise. Uber a dû renforcer une politique où tous les directeurs de l'entreprise avaient accès à uniquement la même quantité d'information limitée à propos de ces opérations quotidiennes. Une partie du problème, selon certains est qu'Uber a été la "vie" de Kalanick, et ce fut donc difficile de lâcher prise.

Le géant de la tech japonaise, SoftBank, est aussi impliqué dans l'histoire. 

Le géant internet japonais SoftBank envisage apparemment d'acheter une part d'Uber pour plusieurs milliards de dollars. Ce qui entraîne plusieurs complications. Selon le New York Times, le conseil d'administration d'Uber est toujours en train de considérer si l'investissement est une bonne idée. SoftBank a, après tout, déjà investi chez des concurrents directs d'Uber.

Mais ce n'est pas tout. L'implication de SoftBank pourrait encore plus brouiller les cartes au sujet de qui est au pouvoir. Il est possible que Kalanick utilise l'investissement pour affaiblir le pouvoir des autres actionnaires et faire du DG de SoftBank, Masayoshi Son, un allié en faveur de son retour, dit The Times.

Il est peu probable que nous voyons revenir Kalanick en tant que DG prochainement puisqu'il n'a pas le soutien du conseil d'administration. Mais il semblerait que l'histoire ne s'arrête pas là. 

Version originale: Shona Ghosh/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Uber doit trouver un nouveau DG après la démission de Travis Kalanick — voici 8 candidats potentiels

VIDEO: Voici les tests de l'extrême que doit réussir chaque avion avant d'être commercialisé