Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les programmes audiovisuels français s'exportent à des niveaux records — mais 'Baron Noir' menace la suprématie des dessins animés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Les programmes audiovisuels français s'exportent à des niveaux records — mais 'Baron Noir' menace la suprématie des dessins animés
© Youtube/Canal

Le talent des productions françaises de films d'animation reste indiscutable et reconnu dans le monde entier. Les programmes d'animation sont les plus gros contributeurs aux exportations audiovisuelles françaises permettant au secteur d'enchaîner une deuxième année record en 2017.

L'ensemble des exportations audiovisuelles françaises (ventes, préventes et coproductions) a atteint l'an dernier plus de 325 millions d’euros, selon les calculs de TV France International (TVFI) et du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), dévoilé ce jeudi.

"C'est une année historique, la deuxième meilleure en 20 ans [après 2016, Ndlr.] et nos ventes à l'international ont plus que doublé en 10 ans", a annoncé Frédérique Bredin, présidente du CNC. Ces ventes à l'international atteignent en effet un niveau record à 205 millions d'euros en hausse de 8,5% par rapport à 2016.

L’Amérique du Nord contribue particulièrement à ces bons résultats avec une augmentation de 16% de ses importations de programmes français à 29,1 millions d'euros. Par ailleurs, les plateformes numériques représentent désormais 75 % des droits monde (contre 28% en 2016).

"L’avenir de notre industrie audiovisuelle passe aujourd'hui par le développement international, un relais de croissance indispensable pour l'avenir du secteur. En 2016, nous avons lancé avec les professionnels un plan export dont on voit aujourd'hui les résultats", a ajouté Frédérique Bredin.

Dans ce cadre, le CNC a doublé son soutien aux exportateurs — il passe de 1,7 à 3,4 millions d'euros par an — et créé de nouvelles aides pour favoriser les collaborations internationales et développer la créativité des œuvres.

Un nouveau plan dédié aux séries doit également être lancé dans les prochains mois. "Ce plan permettra à l'industrie française de multiplier les succès internationaux comme 'Engrenages', 'Le Bureau des légendes' ou 'Dix pour cent', qui font rayonner les talents français à l'étranger", a encore indiqué Frédérique Bredin.

A l'exception des programmes divers d'information qui affichent un recul très marqué, -24,8% à 4,2 millions d'euros, tous les autres genres audiovisuels progressent.

Si les films d'animations restent le genre qui s'exporte le plus, sa croissance est de moins en moins importante comparée à celle des fictions qui signe une très forte progression de près de 28%, grâce aux séries françaises, plébiscités à l'étranger.

Voici le classement des ventes par genre de programme, hors programmes d'information, et leur progression par rapport à 2016:

5. Les programmes musicaux et spectacles vivants: 5,3 M€, +20,8% — Les ventes représentent 2,6% du total des exportations et plus d'un quart sont réalisées en Europe de l'Ouest.

Bel Air classiques

4. Les formats de fiction, jeux, variétés: 20,9 M€, +8,2% — Ces formats réalisent 10,2% du total ventes et visent à créer une version locale d'un programme. C'est le cas de divertissements comme 'Fort Boyard', décliné dans une trentaine de pays ou de jeux comme 'Slam', dont le concept a été vendu en Slovénie et en Grèce. Dans cette catégorie on retrouve également les formats de fictions courtes comme 'Nos chers voisins' exporté en Slovénie ou 'Caméra Café' en Italie.

Le Père Fouras, emblématique personnage de Fort Boyard. Image France Télévisions/Gilles Scarella

3. Les documentaires et magazines: 35,5 M€, +1,2% — Ils représentent 17,3% des ventes, c'est leur deuxième meilleure année en 10 ans (après 2015). 'Jeunesses hitlériennes, l'endoctrinement d'une nation', 'A pleines dents, 700 requins dans la nuit' ou encore 'Rêver le futur' font partie des succès à l'export l'an dernier.

Update Productions

2. La fiction: 63,7 M€, +27,8% — Ce genre audiovisuel représente 31% des ventes et signe la plus forte progression, porté notamment par le succès de plusieurs séries. 'Candice Renoir' reste très appréciée, 'Baron Noir' a séduit Amazon Prime. Enfin, 'Versailles', qui a été tourné en anglais, ce qui favorise son exportation, a été vendu dans 135 pays.

Youtube/Canal

1. L'animation: 75,6 M€, +0,9% — Les ventes se sont stabilisées à un niveau élevé et représente 36,9% du total des exportations. La demande pour les programmes à destination des 2-5 ans et des 5-7 ans est en augmentation. 'Paf le Chien', 'Grizzy et les Lemmings' et 'Zak Storm' ont particulièrement séduit le reste de l'Europe.

Studio Hari
Découvrir plus d'articles sur :