Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le géant français des tubes en acier poursuit sa chute vertigineuse en Bourse — il a perdu 97% de sa valeur depuis 2011

Le géant français des tubes en acier poursuit sa chute vertigineuse en Bourse — il a perdu 97% de sa valeur depuis 2011
© NO ARCHIVES

Vallourec est au plus mal en Bourse. L'action du fabricant français de tubes en acier sans soudure, à destination des marchés de l'énergie et de l'industrie, affiche une impressionnante dégringolade.

Après avoir chuté de 30% vendredi, au lendemain de la publication des résultats du troisième trimestre de l'entreprise, puis de nouveau de 27% lundi, le titre a encore plongé de plus de 10% mercredi 21 novembre 2018.

Il touche ainsi un nouveau plus bas historique. Depuis mai 2011, l'action Vallourec a perdu presque la totalité de sa valeur (-97%).

A la clôture de la Bourse de Paris, ce mercredi, elle ne vaut plus que 1,68 euro. En cinq séances seulement, le titre a reculé de 56%.

Investing

Le pire, c'est que le mouvement baissier n'est peut-être pas encore terminé. Les investisseurs continuent à "shorter" le titre, c'est-à-dire à le vendre à découvert en faisant le pari qu'il chutera encore.

Les investisseurs se montrent notamment inquiets pour la trésorerie de l'entreprise, qui a fait part d'un cash-flow (flux de trésorerie) disponible négatif au troisième trimestre, à - 153 millions d'euros, en forte dégradation par rapport au - 72 millions enregistrés à la même période de l'année dernière.

Plusieurs bureaux d'étude ont abaissé leurs perspectives sur le titre. C'est notamment le cas de Société Générale, qui conseille de "vendre" depuis lundi, contre une recommandation "achat" précédemment. La banque a revu à la baisse son objectif de cours, de 5,57 euros à seulement 2,28 euros, relève BFM.

Inquiétudes sur la dette

La chute initiale du cours vendredi montre que "beaucoup d'investisseurs pensent que la société est trop endettée", selon les analystes de l'établissement financier cités par Reuters. "Cela pourrait aussi signaler une perte de confiance des investisseurs dans les perspectives de redressement du groupe", ajoutent-ils.

La dette nette de Vallourec s'est creusée à 2,1 milliards d'euros à fin septembre, contre 1,5 milliard au 31 décembre 2017. Le groupe dirigé par Philippe Crouzet reste par ailleurs flou sur ses perspectives pour l'année prochain.

Au troisième trimestre, il affiche une perte nette de 92 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 961 millions d'euros, en très léger repli (- 0,3%).

Découvrir plus d'articles sur :