Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Facebook a secrètement supprimé certains messages privés de Mark Zuckerberg par crainte d'un piratage

Facebook a secrètement supprimé certains messages privés de Mark Zuckerberg par crainte d'un piratage
© Justin Sullivan / Getty Images
  • Facebook a supprimé les messages privés envoyés par le PDG Mark Zuckerberg et ses cadres supérieurs il y a des années sans en informer les destinataires.
  • La suppression de messages n'est pas une fonctionnalité que Facebook offre aux utilisateurs ordinaires, malgré son existence sur WhatsApp et Instagram.
  • Facebook a dit que cette décision est intervenue après le piratage de Sony en 2014, indiquant que la société était préoccupée par le fait qu'elle pouvait être la cible d'une fuite pouvant compromettre les données de ses utilisateurs.
  • Cette nouvelle intervient quelques semaines après le scandale de Cambridge Analytica. Mark Zuckerberg a dû admettre que 87 millions d'utilisateurs avaient probablement eu leurs données dérobées.

Vous désirez effacer ce message embarrassant que vous venez d'envoyer? WhatsApp vous le permet, et Instagram aussi — mais si vous utilisez Facebook, vous n'avez pas de chance.

Sauf si vous êtes Mark Zuckerberg, le PDG et cofondateur de Facebook.

TechCrunch a rapporté jeudi 5 avril 2018 que certains des anciens messages envoyés par Mark Zuckerberg et des cadres supérieurs de Facebook ont disparu des boîtes de réception Facebook Messenger des destinataires.

L'entreprise a semblé confirmer l'arrangement, disant à TechCrunch que le changement a été fait en réponse à une montée en flèche du piratage.

"Après le piratage des emails de Sony Pictures en 2014, nous avons procédé à une série de changements pour protéger les communications de nos cadres supérieurs. Ceci comprenait la limitation de la période de sauvegarde des messages de Mark dans Messenger. Nous l'avons fait en conformité avec nos obligations légales pour préserver les messages", a déclaré l'entreprise.

Le piratage de Sony ciblait les courriels ou les dirigeants de Sony, qui ont révélé un côté d'Hollywood méconnu, et la décision de faire de cet événement un catalyseur de la purge de messages de Facebook indique à quel point l'incident était inquiétant dans la Silicon Valley — et combien Facebook était préoccupé.

La société a également soulevé l'idée d'une "période de rétention", bien qu'il n'y en ait pas pour les utilisateurs normaux. Si un utilisateur appuie longuement sur un message privé sur Facebook, un pop up "Supprimer message" apparaîtra et confirmera que la fonction "supprimera votre copie du message est irréversible" tandis qu'il en restera une copie pour les destinataires.

Instagram, qui appartient à Facebook, a longtemps eu la possibilité de "ne pas envoyer" de messages directs, tandis que WhatsApp, également détenue par Facebook, a récemment lancé une fonction de suppression où les messages non lus peuvent être supprimés "pour tout le monde". Un message est alors affiché pour tous les participants indiquant que le contenu a été supprimé.

Mais les messages supprimés de Zuckerberg ne laissaient aucun message, probablement parce qu'ils avaient déjà été lus, il y a de nombreuses années.

Les messages originels ont été envoyés aux employés et à des personnes extérieures à Facebook. Selon TechCrunch, les destinataires des messages supprimés n'ont été informés à aucun moment que les messages reçus avaient été effacés.

Zuckerberg est peut être le PDG ou Facebook, mais on ne sait pas comment la décision d'effacer les messages des cadres supérieurs serait autorisée en vertu des conditions d'utilisation du service. Les conditions d'utilisation autorisent seulement Facebook à effacer du contenu si l'entreprise croit "qu'il viole cette déclaration ou nos politiques" ou enfreint des droits d'auteur.

La suppression discrète et sélective de messages va à l'encontre de la campagne de Facebook visant à "rendre le monde plus ouvert et plus transparent". Ses propres politiques disent que l'entreprise devrait "rendre publique l'information sur ses objectifs, ses projets, ses politiques et ses opérations".

Facebook ne semble pas avoir suivi ces politiques dans ce cas, et cela soulève des questions sur le droit à la vie privée des destinataires des messages.

La nouvelle intervient quelques semaines après le scandale Cambridge Analytica qui a vu Zuckerberg admettre que des millions de données ont été probablement dérobées.

Version originale: Tara Francis Chan/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :