Facebook a supprimé 600 faux comptes liés à un site conspirationniste pro-Trump

Des silhouettes de personnes utilisant leur ordinateur portable devant le logo de Facebook. Reuters

Facebook aurait supprimé plus de 600 faux comptes liés à un site web connu pour avoir diffusé des théories du complot en faveur du président américain Donald Trump. La chaîne télévisée NBC News a rapporté vendredi 20 décembre que le site The Epoch Times a dépensé des millions de dollars pour diffuser des publicités via les centaines de faux comptes, qui ont apparemment été créés grâce une intelligence artificielle et étaient gérés par des utilisateurs vietnamiens se faisant passer pour des Américains.

NBC News a assuré que ce réseau de faux comptes comprenait également 89 pages et 156 groupes Facebook ainsi que 72 comptes Instagram, et a amassé plus de 55 millions d'abonnés sur Facebook. Le réseau était également présent sur Twitter, où environ 700 comptes ont été suspendus par les modérateurs, comme l'a déclaré un représentant au Wall Street Journal. Twitter a ouvert une enquête sur les origines de ces comptes.

Le responsable de la politique de sécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, a déclaré à NBC News que l'entreprise avait observé ce qu'elle croyait être "un média basé aux États-Unis qui exploite des acteurs étrangers se faisant passer pour des Américains afin de diffuser des messages politiques."

"C'est quelque chose que nous avons déjà beaucoup observé par le passé, avec des acteurs locaux dans différents États américains", a déclaré Nathaniel Gleicher à la chaîne télévisée.

Les faux profils diffusaient des messages de soutien à Donald Trump

Les comptes diffusaient des messages "anti-impeachment" et "pro-Trump" et présentaient des photos de profil générées par intelligence artificielle, qui, selon Nathaniel Gleicher, ont pu être détectées par la surveillance automatique de Facebook en charge de traquer les faux comptes.

Il semble que ce soit la dernière tentative en date de The Epoch Times sur Facebook depuis le mois d'août, lorsque le site s'est vu interdire l'achat de publicités après avoir tenté de contourner le système de vérification. Avant cette interdiction, The Epoch Times était l'un des plus gros acheteurs de publicités pro-Trump sur Facebook. Le site a dépensé plus de 1,5 million de dollars (soit 1,35 million d'euros) en publicités pro-Trump en 2019, faisant de lui le deuxième plus gros acheteur derrière l'équipe de campagne officielle de Donald Trump. 

L'éditeur du site nie en bloc

Stephen Gregory, l'éditeur des éditions américaines de The Epoch Times, a déclaré dans un communiqué que le média n'avait aucun lien avec le réseau de faux comptes, et il a rejeté la responsabilité sur certains anciens employés.

Les pages Facebook officielles de The Epoch Times sont toujours actives et "certifiées", et le compte principal comptabilise près de 6 millions d'abonnés.

The Epoch Times est un journal à but non lucratif lié à un groupe religieux chinois nommé Falun Gong, qui cherche à saper le gouvernement chinois et considère Donald Trump comme un instrument utile pour atteindre ce but.

La nouvelle de ce réseau de faux comptes tombe alors que Facebook fait face à de vives critiques pour l'abondance de fausses informations et de publicités politiques qui prospèrent sur le site, un facteur particulièrement inquiétant à l'approche de l'élection présidentielle américaine de 2020.

Version originale : Ellen Cranley/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Mark Zuckerberg recevrait des conseils d'un proche de Donald Trump sur la façon dont le réseau social gère les publicités politiques

VIDEO: Voici comment nous pourrons contrôler la météo dans 100 ans