Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Facebook a supprimé des faux comptes basés en Russie et en Iran qui tentaient de s'immiscer dans les élections américaines de 2020

Facebook a supprimé des faux comptes basés en Russie et en Iran qui tentaient de s'immiscer dans les élections américaines de 2020
© Reuters

Facebook mène une guerre constante contre les trolls en ligne qui cherchent à s'immiscer dans la politique étrangère, et le géant des réseaux sociaux vient de nous donner un aperçu de sa dernière bataille. Lundi, Facebook a annoncé que l'entreprise avait identifié et supprimé quatre réseaux distincts de comptes interconnectés qui adoptaient un "comportement inauthentique et coordonné". En d'autres termes, il s'agissait de quatre groupes qui affichaient du contenu trompeur sur Facebook sous de faux comptes, groupes ou pages.

Facebook a déclaré que trois des réseaux provenaient d'Iran, tandis que le quatrième était basé en Russie. Ces réseaux incluaient environ 200 comptes et pages qui partageaient des memes et des contenus clivants, destinés à influencer les gens aux États-Unis, en Amérique latine et dans certaines parties d'Afrique du Nord. Nathaniel Gleicher, responsable de la cybersécurité sur Facebook, a déclaré que les quatre réseaux ont été découverts dans le cadre des efforts de l'entreprise pour contrôler les campagnes organisées par les faux comptes. Collectivement, les comptes bannis comptaient plus de 250 000 abonnés et leurs messages auraient pu atteindre beaucoup plus de gens.

"Nous avons détecté cette activité dans le cadre de notre examen en cours des comportements inauthentiques coordonnés présumés avant l'élection américaine", a écrit Nathaniel Gleicher dans un article de blog. "Nous avons partagé des informations avec nos partenaires du secteur, les décideurs et la police et nous continuerons à travailler avec d'autres personnes pour trouver et supprimer ce type de comportement."

A lire aussi — Facebook a supprimé plus de 200 comptes et pages dirigées par l'IRA, une ferme à trolls russes

Facebook a déclaré que la plupart des faux comptes que l'entreprise trouve proviennent de Russie, d'Iran et de Chine, et qu'ils publient des articles concernant la politique dans diverses parties du monde. Selon Facebook, une grande partie du "comportement inauthentique" a été conçue pour susciter une réaction des gens se positionnant des deux côtés des grandes questions politiques, bien que certains articles des médias d'Etat iraniens aient été réorientés. La plupart des messages étaient des réponses à des personnalités politiques de premier plan ou à d'autres sources médiatiques.

Facebook

"Les personnes à l'origine de cette opération ont souvent posté des deux côtés des questions politiques, y compris des sujets comme l'élection présidentielle américaine, les questions environnementales, les tensions raciales, les questions LGBT, le conservatisme et le libéralisme", a décclaré Nathaniel Gleicher au sujet des comptes basés en Russie. "Ils ont aussi tenu des comptes en se présentant comme locaux dans certains États, et en se faisant passer pour des conservateurs ou des progressistes."

De nouvelles fonctionnalités pour vérifier les sources sur Facebook

Avec l'élection présidentielle américaine de 2020 à l'horizon, Facebook a communiqué sur ses efforts pour combattre les trolls politiques. Le réseau social a été largement critiqué pour avoir permis à la désinformation de se propager dans l'ensemble de sa plateforme, et une enquête menée par le bureau du procureur spécial Robert Mueller a révélé que des dizaines d'agents russes étaient impliqués dans une campagne coordonnée pour s'immiscer dans l'élection présidentielle de 2016.

S'adressant à la presse lors d'une conférence téléphonique lundi, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a déclaré que la détection préventive de ces faux comptes par Facebook devrait servir d'encouragement au fait que l'entreprise fait des progrès en matière de sécurité.

Mark Zuckerberg a déclaré que l'entreprise compte désormais 35 000 employés qui se consacrent à la sécurité et qu'elle dépense aujourd'hui plus d'argent en sécurité qu'elle n'avait gagné en revenus en 2012, l'année où Facebook est entré en Bourse.

A lire aussi — Facebook rejette un rapport écrit par un camarade de Mark Zuckerberg à Harvard qui affirme que la moitié des utilisateurs du réseau social sont des faux

"Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant le jour de l'élection, et nous avons la lourde responsabilité de protéger notre programme électoral et de rester à l'affût des nouvelles menaces complexes qui menacent l'intégrité de l'élection ici et dans le monde. Personnellement, c'est l'une de mes priorités pour l'entreprise", a déclaré Mark Zuckerberg. "Les élections ont beaucoup changé, et Facebook aussi. Nous sommes convaincus que nous sommes mieux préparés à l'approche de 2020 pour lutter contre les ingérences et protéger l'intégrité de nos élections."

En plus de renforcer la sécurité dans les coulisses, Facebook offrira également de nouvelles fonctionnalités conçues pour aider les gens à vérifier les sources douteuses en ligne. Facebook introduira une nouvelle balise qui montrera quand une annonce ou un message a été vérifié par une tierce parti, et les sources d'informations gérées par une administration locale seront aussi étiquetées comme telles. De plus, les personnes qui créent un groupe ou une page verront leur vrai nom et leur emplacement listés par Facebook comme vérification, afin d'empêcher les entités étrangères de se faire passer pour des personnes locales.

Facebook

Facebook continue d'être la cible de vives critiques de la part des candidats démocrates à la présidence, pour avoir permis la désinformation sur sa plateforme et dans des publicités payées, notamment. La semaine dernière, Mark Zuckerberg a défendu la position de l'entreprise de permettre certains types de désinformation, à condition qu'elle ne mène pas à la violence ou à d'autres dommages immédiats. Lors d'un discours prononcé à l'université de Georgetown, Mark Zuckerberg a déclaré que cette politique était enracinée dans sa croyance en la liberté d'expression.

Les réseaux sociaux étant devenus l'un des principaux lieux de discussion concernant la politique ces dernières années, la tentation de dominer la conversation en ligne ou de transformer les sentiments politiques en armes pour créer des conflits est plus forte que jamais. Facebook et les autres plateformes sociales vont devoir séparé ce qui est authentique de ce qui ne l'est pas.

Version originale : Kevin Webb/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :