Facebook assure que sa 'Cour suprême' décidera en toute indépendance des contenus à exclure du réseau social

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, témoigne pendant une audience de la Commission de l’énergie et du commerce au Capitole à Washington, le mercredi 11 avril 2018. AP Photo/Jose Luis Magana

Facebook poursuit son plan qui vise à créer une "Cour suprême" pour superviser la modération du contenu sur son réseau social. Le géant de la tech de la Silicon Valley a publié, mardi 17 septembre, une version actualisée de la charte qui régira son "comité indépendant de surveillance", après des mois de consultation. L'organisme théoriquement indépendant, aura le pouvoir de prendre des décisions exécutives sur ce qui est permis sur Facebook, comptera jusqu'à 40 membres et sera financé par un trust qui sera séparé de Facebook.

Le projet de création d'un nouveau comité de surveillance intervient après plusieurs polémiques sur la modération des contenus sur Facebook et d'autres réseaux sociaux. Le débat est vif sur la question de la taille et de l'influence sans précédent des réseaux sociaux qui auraient donné trop de pouvoir aux entreprises privées pour contrôler unilatéralement le discours en ligne. Et la réponse de Facebook a été de proposer un comité de surveillance — un organisme quasi judiciaire qui supervisera son dispositif de modération, statuera sur les appels et rendra des décisions qui régiront l'approche de la société sur cette question.

Lors d'une conversation téléphonique avec des journalistes ce mardi, les dirigeants de Facebook ont déclaré que l'application des décisions du comité de surveillance sera obligatoire, même si les dirigeants de Facebook ne sont pas d'accord avec eux, à moins que ces décisions n'enfreignent la loi.

A lire aussi : Facebook vient de publier ses règles longtemps tenues secrètes sur ce qui fera que le réseau social vous bloque

Les membres du comité de surveillance et leurs assistants seront financés par un nouveau trust distinct, qui sera à son tour financé par Facebook. Il reste à voir si, dans la pratique, le comité sera considéré comme suffisamment indépendant de Facebook et de son influence.

Dans un article de blog, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a déclaré : "Le comité se fera l'avocat de notre communauté. Il soutiendra le droit des personnes à la liberté d'expression, et et s'assurera que nous nous acquittons de notre responsabilité d'assurer la sécurité des gens. En tant qu'organisation indépendante, nous espérons qu'elle donnera aux gens l'assurance que leurs points de vue seront entendus et que Facebook n'aura pas le pouvoir suprême sur leur expression. Tout comme notre conseil d'administration tient Facebook  responsable devant nos actionnaires, nous avons la conviction que le comité de surveillance peut faire de même pour notre communauté".

"Dans cette charte, Facebook prend plusieurs engagements envers le comité de surveillance. Nous nous engageons à mettre en œuvre les décisions du comité en matière de contenu et à donner suite à ses avis consultatifs sur nos politiques. Nous nous engageons à préserver et à protéger la capacité du comité d'exercer son jugement en toute indépendance. Et nous nous engageons à fournir au comité l'information et les ressources nécessaires pour prendre des décisions éclairées."

Le PDG milliardaire de 34 ans a également suggéré qu'à l'avenir, ce comité pourrait potentiellement aider à superviser la modération de contenu dans d'autres sociétés de la tech.

Version originale : Rob Price/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Des modérateurs de contenus sur Facebook ou YouTube révèlent ce que ça fait de passer au crible certains des documents les plus inquiétants d'internet

VIDEO: Voici ce que révèle le teaser de la 8e et ultime saison de Game of Thrones