Facebook attaque en justice une entreprise qui vend des faux 'j'aime' sur Instagram

Luke van Zyl/Unsplash

Facebook s'attaque aux faux "j'aime" sur Instagram. Le réseau social a annoncé jeudi 25 avril 2019 avoir engagé une action en justice devant un tribunal fédéral américain, accusant une société néo-zélandaise appelée Social Media Series Limited et trois de ses administrateurs d'avoir utilisé différentes sociétés et sites web pour vendre de faux "j'aime", vues et abonnés à des utilisateurs d'Instagram. Cela a pu être fait par le biais de sites tels que SocialEnvy.co, IGFamous.net et Likesocial.co, selon la poursuite.

"Par leur activité, les accusés [Social Media Series Limited et ses administrateurs] sont intervenus dans le service d'Instagram, ont créé une expérience non authentique pour les utilisateurs d'Instagram et tentent de les influencer frauduleusement pour s'enrichir personnellement", précise la poursuite. On peut également lire : "Depuis juillet 2018, les accusés se sont enrichis injustement aux dépens de Facebook et d'Instagram pour un montant d'environ 9,4 millions de dollars (8,4 millions d'euros)."

Facebook a envoyé des mises en demeure à deux des administrateurs de la société en juillet et décembre 2018.

Selon la poursuite, les utilisateurs d'Instagram qui voulaient gonfler leurs abonnés, leurs vues et leurs "j'aime" pouvaient payer pour des "j'aime" automatiques via les différents sites web de Social Media Series. De faux "j'aime" apparaissaient alors presque immédiatement après qu'un client avait posté une photo sur Instagram.

Le coût pour le client dépendrait du nombre d'achats similaires achetés, allant de 10 à 99 dollars (9 à 88 euros) par semaine, précise la poursuite. Dans son document, Facebook a donné des exemples d'utilisateurs ayant gagné 500 "j'aime" quelques secondes après avoir posté quelque chose sur Instagram.

Facebook a désormais lancé de nombreuses actions en justice concernant des individus ou des entreprises qui vendent de faux engagements sur ses réseaux sociaux.

En mars, le géant de la tech a intenté une action en justice contre quatre sociétés et trois personnes basées en Chine, les accusant d'avoir fait la promotion de vente de faux comptes, de "j'aime" et d'abonnés sur Facebook et Instagram.

"En intentant une action en justice, nous espérons renforcer le fait que ce type d'activité frauduleuse n'est pas toléré — et que nous agirons constamment pour protéger l'intégrité de notre plateforme", avait écrit l'avocat général adjoint de Facebook, Paul Grewal, dans un article de blog à l'époque.

Mark Zuckerberg, DG de Facebook. Facebook

En novembre 2018, Instagram a déclaré que la société ciblerait également les utilisateurs qui paient pour ces faux "j'aime".

"Nous avons développé des outils d'apprentissage automatique pour identifier les comptes qui utilisent ces services et supprimer l'activité robotisée. Ce type de comportement est préjudiciable pour la communauté. Des applications tierces générant des 'j'aime', des abonnés et des commentaires automatiques enfreignent nos règles de communauté et nos conditions d'utilisation", peut-on encore lire dans l'article de blog.

L'industrie, en général, a mis un frein à ce que le New York Times a qualifié de "marché noir des médias sociaux". Le reportage du New York Times à ce sujet a déclenché une enquête sur une entreprise qui vendait des "j'aime" et des abonnés à des célébrités et à des entreprises pour renforcer leur réputation en ligne.

Devumi LLC, qui n'existe plus aujourd'hui, comptait plus de 200 000 clients à son apogée, y compris des stars de la télé-réalité, des athlètes professionnels, des humoristes, des intervenants TED, des pasteurs et des mannequins, qui ont tous acheté des abonnés en ligne. Cette affaire a été réglée en janvier.

Twitter a également été scruté pour avoir laissé des faux comptes sur ses sites et a mis en place des mesures pour les supprimer.

Vous pouvez lire le document du procès ci-dessous : 

Version originale : Mary Handbury/Business Insider 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook et Instagram intentent une action en justice contre des entreprises chinoises qui vendent des faux comptes et de faux 'j'aime'

VIDEO: Voici la question à laquelle répondre pour réussir sa carrière d'après l'ex-dirigeant de Google X qui veut rendre heureux 1Md de personnes