Mark Zuckerberg, le président et DG de Facebook. Getty Images/Chip Somodevilla

  • Une enquête du New York Times révèle que Facebook partageait les données des utilisateurs avec de grandes entreprises comme Spotify, Netflix, Microsoft, Yahoo, et d'autres.
  • Le Times a examiné plus de 200 pages de documents générées en 2017 par un outil de Facebook utilisé pour mesurer les partenariats.
  • L'une des révélations majeures du rapport était que certains partenaires, tels que Spotify, Netflix et la Banque Royale du Canada, auraient accédé aux messages privés des utilisateurs — avec la possibilité de lire, composer ou supprimer des messages, selon The Times.

Une enquête du New York Times révèle que Facebook partageait les données des utilisateurs avec de grandes entreprises comme Spotify, Netflix, Microsoft, Yahoo et d'autres, classées dans la catégorie des "partenaires data" et qui n'étaient donc pas soumis aux contrôles habituels de confidentialité.

Le Times a examiné plus de 200 pages de documents générés en 2017 par le système de suivi automatisé des partenariats de Facebook. Facebook ne vend pas de données d'utilisateur, mais il a conclu des partenariats de partage de données avec plus de 150 entreprises.

"Les transactions, dont les plus anciennes datent de 2010, étaient toutes actives en 2017", affirme le Times. "Certains étaient encore en vigueur cette année."

L'une des révélations majeures du rapport était que certains partenaires, tels que Spotify, Netflix et la Banque Royale du Canada, auraient pu accéder aux messages privés des utilisateurs — avec la possibilité de lire, composer ou supprimer des messages, selon The Times.

Dans des déclarations au Times, Spotify et Netflix ont déclaré qu'ils ne savaient pas qu'ils avaient obtenu cet accès.

Dans un communiqué transmis à Business Insider France, Netflix précise: 

"Au fil des ans, nous avons essayé différentes façons de rendre Netflix plus social. Par exemple, nous avons lancé en 2014 une fonction qui permet aux membres de recommander des séries et des films à leurs amis Facebook via Messenger ou Netflix, il n'a jamais été populaire, alors nous l'avons fermé en 2015. À aucun moment, nous n'avons eu accès aux messages privés des abonnés Facebook ou n'avons demandé la possibilité de le faire."

La RBC a "contesté le fait que la banque avait un tel accès", écrit le Times. Business Insider a également sollicité les commentaires de la banque.

Netflix et la Banque Royale du Canada ont fermé leurs dispositifs respectifs qui utilisaient la messagerie privée, ont-ils dit au Times.

Ces entreprises ne sont pas les seules à avoir un large accès aux données des utilisateurs. Amazon, le moteur de recherche Bing de Microsoft et Yahoo étaient également des partenaires de données. Amazon, par exemple, pouvait voir les noms et coordonnées des utilisateurs par l'intermédiaire de leurs amis.

Ces partenariats ont permis à Facebook de se développer, et à d'autres entreprises — dans la tech, la distribution et le divertissement — d'accéder à certaines données. Et bien que la politique de confidentialité depuis 2010 ait divulgué les partenariats partagés, les personnes avec qui et ce qu'elle partage et ce qu'elle partage ne sont pas explicitement décrits.

Facebook soutient que ses partenaires respectent leurs paramètres de confidentialité et qu'ils considèrent les partenaires comme une extension de Facebook — ainsi, la société affirme qu'elle ne viole pas un décret de consentement de la Federal Trade Commission de 2011 stipulant qu'elle ne peut partager des données sans autorisation.

"Les partenaires de Facebook n'ignorent pas les paramètres de confidentialité des gens, et il est faux de suggérer qu'ils les ignorent ", a déclaré Steve Satterfield, directeur de la protection de la vie privée et des politiques publiques de Facebook, dans un communiqué envoyé par email à Business Insider.

"Au fil des ans, nous avons établi des partenariats avec d'autres entreprises pour que les gens puissent utiliser Facebook sur des appareils et des plateformes que nous ne proposons pas nous-mêmes. À la différence d'un jeu, d'un service de musique en continu ou d'une autre application tierce, qui offrent des expériences indépendantes de Facebook, ces partenaires ne peuvent offrir que des fonctionnalités spécifiques de Facebook et ne peuvent utiliser les informations à des fins indépendantes."

"Nous savons que nous avons du travail à faire pour regagner la confiance des gens", poursuit Satterfield.

"La protection des renseignements personnels exige des équipes plus fortes, une meilleure technologie et des politiques plus claires, et c'est là-dessus que nous nous sommes concentrés pendant la majeure partie de 2018. Les partenariats sont l'une des priorités et, comme nous l'avons dit, nous sommes en train de réduire les partenariats d'intégration qui ont été établis pour aider les gens à accéder à Facebook."

Facebook a enchaîné les scandales. Plus tôt cette année, on a appris que 87 millions de données d'utilisateurs ont été consultées par la société de données britannique Cambridge Analytica, sans le consentement des utilisateurs.

La semaine dernière, il a été rapporté qu'un bug a pu exposer des millions de photos privées d'utilisateurs de Facebook à des applications tierces. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a témoigné devant le Congrès plus tôt cette année au sujet des questions de protection de la vie privée et de l'impact que la plateforme pourrait avoir sur l'élection présidentielle de 2016.

Version originale: Sarah Gray/Business Insider

Cet article a été mis à jour le 19 décembre à 16h45 pour intégrer le commentaire de Netflix. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici comment savoir si vous êtes touché par le dernier scandale en date de Facebook dans lequel les photos non-publiées de 6,8M d'utilisateurs ont été exposées

VIDEO: L'Airbus du futur dispose d'un spa et d'une salle de sport, mais manque de fenêtres